Dur lendemain sur la rue Hertel

Il ne reste que des ruines du garage... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Il ne reste que des ruines du garage des Entreprises Roger Gosselin, qui a été touché par un incendie lundi soir sur la rue Hertel.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Au lendemain du violent incendie qui a complètement ravagé un garage des Entreprises Roger Gosselin de la rue Hertel, à Trois-Rivières, l'heure était au bilan mais également à l'inspection des bâtiments voisins, mardi.

Car si l'incendie n'a heureusement causé que des dégâts matériels, il a aussi forcé l'évacuation des locataires d'une douzaine de logements, qui ne pourront regagner leur domicile que dans quelques jours.

Mardi matin, la plupart des locataires étaient rassemblés sur le trottoir, à discuter entre eux et à se demander à quel moment ils pourraient regagner les logements. Aidés des pompiers de Trois-Rivières, la plupart ont pu rentrer quelques minutes afin d'aller récupérer des effets personnels. Les pompiers procéderont d'abord à l'inspection de la structure avant de permettre à quiconque d'y retourner. 

Robert Potvin s'avouait un peu perdu dans tout ça. Debout sur le trottoir, avec à ses pieds deux petites valises et un sac contenant quelques vêtements chauds, il attendait de savoir où il allait loger pour les prochains jours. «On nous a dit que la Croix-Rouge allait venir. J'attends d'avoir plus de nouvelles parce que pour l'instant, on ne sait pas grand-chose», a-t-il indiqué. 

Lorsque l'incendie s'est déclaré, M. Potvin se trouvait chez lui. «J'ai vu le feu par ma fenêtre. Quand j'ai vu que ça devenait gros comme ça, je suis parti en courant et je suis allé chez un ami pas loin. Ça brûlait, c'était épouvantable», a-t-il raconté.

Un voisin qui habite le même immeuble, Tom Gagnon, était pour sa part au travail lorsqu'il a appris que le feu était pris non loin de chez lui. «J'ai reçu un texto et je ne savais pas encore si c'était chez moi qu'il y avait l'incendie. Ce n'était vraiment pas drôle», se souvient-il.

Heureusement, son appartement n'a pas du tout été touché, ni par l'eau ni par la fumée. Toutefois, il devra quand même loger quelque temps chez une amie, le temps que l'inspection du bâtiment soit complétée.

D'autres ont eu moins de chance que lui. Les logements les plus proches du garage incendié ont été lourdement endommagés, surtout par l'eau, et les dommages à l'immeuble étaient estimés à tout près de 300 000$.

Chanceux dans sa malchance

Pour sa part, le propriétaire du garage, Roger Gosselin, s'estimait chanceux dans sa malchance, étant donné que les équipements servant à sa compagnie pour faire le déneigement l'hiver n'avaient pas encore été transférés dans cet immeuble, comme ils le sont chaque automne.

«À l'hiver, le garage nous servait pour le déneigement. L'été, on entrepose tout ça dans un autre entrepôt et on met la machinerie pour le paysagement ici. Mais on a été très chanceux, parce que tout devait s'en venir ici la semaine prochaine, et on aurait tout perdu. Au moins, la compagnie va pouvoir poursuivre ses opérations comme prévu pour cet hiver», a-t-il confié.

Mardi, Roger Gosselin se trouvait toujours sur les lieux afin de faire l'inventaire de la machinerie détruite. Il devrait rencontrer ses assureurs mercredi, et décidera par la suite s'il a l'intention de rebâtir le garage ou non. 

En tout, une douzaine de personnes travaillent pour Entreprises Roger Gosselin durant la période hivernale. Malgré l'incendie de lundi soir, le propriétaire Roger Gosselin assure que tous les employés conservent leur emploi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer