Violent incendie rue Hertel

Une soixantaine de pompiers ont combattu l'incendie qui... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Une soixantaine de pompiers ont combattu l'incendie qui a ravagé le garage de l'entreprise Entretiens Roger Gosselin.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un violent incendie qui s'est déclaré en fin de journée lundi a ravagé le garage de l'entreprise Entretiens Roger Gosselin, situé sur la rue Hertel à Trois-Rivières.

Le directeur du Service des incendies de la... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Le directeur du Service des incendies de la ville de Trois-Rivières, Dany Cloutier

Stéphane Lessard

Le bâtiment touché, qui se trouve derrière une entreprise de fabrication de meubles et tout près d'un immeuble de 12 logements, servait de lieu d'entreposage et de réparation des véhicules et des équipements de l'entreprise se spécialisant dans le déneigement et l'excavation. 

À l'arrivée des pompiers vers 17 h 30, le brasier avait déjà pris beaucoup d'ampleur et une épaisse colonne de fumée était visible à des kilomètres à la ronde. Plusieurs explosions ont d'ailleurs été entendues dans les minutes ayant suivi l'apparition des flammes ainsi que pendant l'intervention des pompiers. En tout, une soixantaine de sapeurs ont été dépêchés sur place afin de combattre l'élément destructeur.

«Quand nous sommes arrivés, c'était déjà un embrasement généralisé. Pour ce qui est des explosions, elles ont probablement été causées par des produits qui se trouvaient dans l'atelier situé à l'arrière de l'édifice. En raison de l'ampleur de l'incendie et des produits qui se trouvent possiblement à l'intérieur, nous sommes en mode défensif. Personne n'a été blessé et il est trop tôt pour se prononcer sur la cause», a expliqué le directeur du Service des incendies de la ville de Trois-Rivières, Dany Cloutier, alors que ses hommes étaient toujours à l'oeuvre.

Le propriétaire de l'édifice incendié, Roger Gosselin.... (Stéphane Lessard) - image 3.0

Agrandir

Le propriétaire de l'édifice incendié, Roger Gosselin.

Stéphane Lessard

Alors qu'il assistait impuissant au spectacle destructeur, le propriétaire de l'entreprise, Roger Gosselin, a raconté qu'il avait été alerté un peu après 17 h par un employé qui se trouvait encore sur les lieux. Selon les dires de cet employé, il semblerait que le feu ait débuté dans un véhicule qui se trouvait à l'intérieur. Ce dernier a par ailleurs réussi à sortir plusieurs véhicules et équipements du garage avant que les flammes, qui gagnaient en intensité, ne le forcent à rester à l'extérieur. L'employé n'a cependant pas été en mesure de tout sauver ce qui se trouvait dans le garage. Selon M. Gosselin, des voitures personnelles, dont une de collection, une moto ainsi que des équipements de machinerie lourde sont restés à l'intérieur.

«Ça l'air d'une perte totale. Je n'ai aucune idée pour l'instant si je vais reconstruire ou non. Ça va dépendre des permis de la Ville et des assurances. Mais en attendant, il va falloir se relocaliser. Il y a le déneigement qui s'en vient. Mais heureusement, les machines d'hiver se trouvaient dans un autre entrepôt. Le déneigement va se faire, mais pour le reste, c'est une perte totale», a raconté M. Gosselin.

L'édifice touché étant situé dans un quartier résidentiel, l'incendie a attiré plusieurs dizaines de badauds. Une quinzaine de résidents du secteur ont d'ailleurs dû être évacués. C'est notamment le cas des locataires de l'immeuble à logements que possède Marcel Guimond, situé à côté du garage de Roger Gosselin. Également propriétaire de l'édifice abritant l'entreprise de fabrication de meubles, il s'est rendu sur place en compagnie de sa conjointe dès qu'il a appris qu'un incendie faisait rage dans le bâtiment voisin de ses propriétés. Il espérait d'ailleurs que les dommages à ces dernières se limitent à des dégâts causés par l'eau et la fumée, d'autant plus qu'il a rénové son immeuble à logements à grands frais il y a à peine deux ans.

Employé de l'entreprise de fabrication de meubles et vivant dans le secteur, Roger Gervais, était quant à lui en train de souper lorsqu'il a remarqué qu'une épaisse fumée noire et des flammes sortaient de l'édifice situé derrière son lieu de travail. «J'ai appelé mon patron et je lui ai dit de sortir rapidement car le feu était pris», a mentionné M. Gervais, visiblement inquiet pour son lieu de travail.

L'intervention des pompiers a nécessité une interruption de l'électricité dans le secteur, interruption qui a duré environ deux heures. 

D'autres incendies en 2012

En septembre 2012, M. Gosselin avait également vu des véhicules ainsi que des pièces d'équipement être détruits par les flammes. Ces incendies avaient vraisemblablement été allumés par des vandales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer