20 mois de prison pour le «prof» de sexe

Steven St-Onge a écopé de 20 mois de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Steven St-Onge a écopé de 20 mois de prison ferme après avoir été trouvé coupable d'agression sexuelle sur une personne d'âge mineur.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le juge Jacques Lacoursière impose une peine de 20 mois de prison ferme à Steven St-Onge, un individu de 39 ans trouvé coupable d'agression sexuelle sur une personne d'âge mineur.

St-Onge a été trouvé coupable en mai dernier d'avoir agressé une fille de moins de 14 ans pour deux événements remontant au tournant des années 2000. L'homme de petite taille a alors contacté sa victime par Internet et l'a invitée à se présenter à son domicile de Louiseville. St-Onge a pratiqué un cunnilingus sur la jeune fille et a inséré une broche à tricoter dans son vagin. 

Durant le procès, la jeune fille a été présentée comme ayant peu de connaissance en sexualité. St-Onge a aussi joué le rôle de «professeur» de sexe auprès de la victime en lui montrant comment mettre un condom. Il a mis son pénis à contribution pour effectuer sa démonstration. Il a même montré à la victime, avec son doigt, où était situé son clitoris.

En septembre, Me Emmanuel Ayotte avait soumis au juge qu'une peine de prison à purger dans la collectivité pouvait être imposée à son client, sans pour autant préciser la durée. Me Ayotte plaidait que les gestes de St-Onge ne comportaient pas de relation sexuelle complète et qu'ils ne se sont pas passés dans un contexte d'abus de confiance ou d'autorité.

De plus, l'homme a été passé à tabac par deux individus quelques jours après le verdict de culpabilité, vraisemblablement en représailles pour ses agissements. Les deux hommes avaient appris l'histoire en consultant Le Nouvelliste.

Me Martine Tessier proposait pour sa part une peine de prison ferme de 18 à 24 mois. Elle affirmait qu'une pénétration avec une broche à tricoter représentait un geste violent. Elle avait aussi rappelé au juge Lacoursière que St-Onge avait attaché sa victime avec des bas, un facteur aggravant, et que cette dernière doit vivre avec ce fardeau.

La décision du juge Lacoursière rejoint la proposition de la procureure de la Couronne. St-Onge devra respecter une période de probation de deux ans et est inscrit au registre des délinquants sexuels pour une durée de 20 ans. Il lui est interdit de communiquer avec la victime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer