Cédrika: des recherches de près d'un million $

Les fouilles qui ont été effectuées entre le... (Photo: Francois Gervais)

Agrandir

Les fouilles qui ont été effectuées entre le 13 et le 22 décembre 2015 dans un boisé situé aux limites de Trois-Rivières et de Saint-Maurice à la suite de la découverte d'ossements de Cédrika Provencher ont coûté 982 900 $.

Photo: Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'importante opération policière qui a suivi la découverte d'ossements de Cédrika Provencher en décembre 2015 a coûté près d'un million de dollars à la Sûreté du Québec.

Cédrika Provencher... (PHOTO D'ARCHIVES) - image 1.0

Agrandir

Cédrika Provencher

PHOTO D'ARCHIVES

Selon des chiffres obtenus par Radio-Canada en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, les fouilles qui ont été effectuées entre le 13 et le 22 décembre 2015 dans le boisé situé aux limites de Trois-Rivières et de Saint-Maurice ont coûté 982 900 $.

Une importante partie de ce montant, soit 880 330 $, a servi à payer le temps supplémentaire des policiers qui ont participé à cet important déploiement. Une somme de 71 806 $ a été dépensée pour les repas et l'hébergement tandis que 30 762 $ ont été consacrés à d'autres dépenses usuelles, notamment à des achats d'équipements.

Cependant, le Service de l'accès et de la protection de l'information de la Sûreté du Québec indique que les salaires de base des policiers ne sont pas comptabilisés par opération.

Joint au téléphone en soirée mercredi, le père de Cédrika, Martin Provencher, n'a pas voulu commenter ces chiffres. Également avare de commentaires, le grand-père de la fillette disparue en juillet 2007, Henri Provencher, a quant à lui remercié les policiers d'avoir consacré autant de ressources et mis autant d'efforts afin de faire avancer l'enquête.

«Pour la recherche d'un enfant, il n'y a pas de prix. Je ne peux que remercier les policiers d'avoir tenu cette opération. Ce sont les contribuables qui payent, mais bien malin celui qui dirait qu'un enfant ne vaut pas ça», a-t-il confié.

On se rappellera que la Sûreté du Québec avait mis le paquet afin de trouver des indices qui pourraient faire progresser l'enquête sur le meurtre de Cédrika. Quelque 200 policiers avaient été mis à contribution au plus fort de l'opération afin de ratisser le secteur situé aux abords de l'autoroute 40 où les ossements de la fillette ont été retrouvés par des chasseurs.

Ces membres de l'unité d'urgence et de l'unité d'urgence auxiliaire, qui sont formés pour la recherche terrestre, ont fait fi de la pluie, de la neige et du froid afin d'effectuer un travail de moine qui s'est échelonné sur une dizaine de jours. Malgré tous les efforts déployés, aucune accusation n'a été portée.

En juin dernier, une trentaine de policiers sont retournés au même endroit afin de mener d'autres recherches.

Cédrika Provencher, qui était alors âgée de neuf ans, aurait été vue pour la dernière fois le 31 juillet 2007, un peu avant 20 h 30. À 18 h, elle quittait son domicile pour aller rejoindre une amie.

Le même soir, des témoins auraient aperçu une voiture de marque Acura de couleur rouge mal stationnée en bordure de la rue.

Son conducteur, un homme, en sortait et se rendait dans un boisé, d'où il ressortait au moment où Cédrika et son amie passaient à proximité. La disparition de la fillette a entraîné une mobilisation monstre et son histoire a touché énormément de gens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer