Un policier mordu par un pitbull à Yamachiche

Une perquisition en matière de cannabis a mené à l'arrestation d'un individu de... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Yamachiche) Une perquisition en matière de cannabis a mené à l'arrestation d'un individu de 40 ans, mercredi matin, à Yamachiche. Durant l'intervention, un policier de la Sûreté du Québec a été mordu par un chien pitbull et a dû être transporté à l'hôpital pour soigner sa blessure.

Munis d'un mandat de perquisition, les policiers se sont présentés sur les lieux pour procéder à l'opération. Le chien, qui était tout de même attaché, a attaqué le policier qui se présentait à la porte et l'a notamment mordu à une jambe.

Par mesure préventive et afin d'éviter tout risque de contamination, le policier a été transporté à l'hôpital, d'où il a reçu son congé en après-midi, explique Annie Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec.

La perquisition était menée dans le cadre de l'opération Cisaille. Pas moins de 280 plants de cannabis ont été saisis sur le terrain d'une résidence du chemin Charles-Lesieur à Yamachiche. Sur place, un homme de 40 ans, Patrick Boies, a été arrêté et a comparu en après-midi au palais de justice de Trois-Rivières pour y être accusé de production de cannabis.

L'homme avait déjà des antécédents en pareille matière, et risque une peine d'emprisonnement en raison de son passé judiciaire. Il y a d'ailleurs eu objection à sa remise en liberté. Il demeure donc détenu jusqu'au lundi 3 octobre, moment où il reviendra devant le juge pour subir son enquête sous caution.

Il est, par ailleurs, le frère de Sylvain Boies, cet individu qui avait causé la mort de deux hommes en 1999 alors qu'il roulait à contresens sur l'autoroute 40 avec une autopatrouille volée. Sylvain Boies avait écopé de 10 ans de pénitencier.

La perquisition a pu être menée après que des plans eurent été aperçus lors d'une surveillance aérienne, menée en partenariat avec la GRC et les Forces armées canadiennes. Une dizaine de policiers et enquêteurs ont procédé à la perquisition.

Par ailleurs, selon Annie Thibodeau, il n'y aura probablement pas d'action prise contre le propriétaire des lieux en lien avec la morsure de son chien. Étant donné que l'animal était attaché et se trouvait chez lui, il ne contrevenait pas au règlement municipal en vigueur dans la municipalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer