Palais de justice de La Tuque: un projet de 3 millions $ qui se précise

Julie Boulet a rapidement donné l'heure juste au... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Julie Boulet a rapidement donné l'heure juste au bâtonnier du Barreau de la Mauricie, Me Simon Ricard.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Il aura fallu très peu de temps avant que l'appel du Barreau de la Mauricie concernant l'urgence d'agir au palais de justice de La Tuque soit entendu par la députée de Laviolette, Julie Boulet. Cette dernière s'est empressée de vérifier l'état du dossier au cabinet de la ministre de la Justice, lundi.

Il a été possible d'apprendre que les problèmes structuraux au niveau du bâtiment auraient été réglés. Des plans sont prêts et un processus de consultation auprès des différentes parties impliquées devrait s'amorcer bientôt et se conclure à la fin de l'automne. On veut s'assurer que les plans répondent à tous les besoins des partenaires.

«C'est un projet qui est priorisé actuellement par le ministère de la Justice, et au coût approximatif de 3 millions $. Ça devrait prendre environ deux ans pour qu'il se réalise. J'ai bon espoir qu'on réussira à l'inscrire le plus rapidement possible au Trésor, mais on n'a pas de date», a fait savoir Julie Boulet.

«On savait qu'il y avait un problème et on travaillait là-dessus. Présentement ça se précise, ça entre dans l'entonnoir», a-t-elle ajouté.

Les informations ont été transmises au bâtonnier de la Mauricie, Me Simon Ricard. D'ailleurs, il s'est dit satisfait d'avoir eu un retour de la députée et il a senti qu'il avait son entière collaboration.

«Elle est sensible à la situation et a retourné notre appel. Elle suit le dossier. Elle est au courant et elle offre sa collaboration au Barreau de la Mauricie et aux intervenants de la justice. On ne lâchera pas le dossier [...] Je pense que 2017 sera la bonne année. Il le faut», a-t-il commenté.

Rappelons que vendredi dernier, le bâtonnier de la Mauricie a dénoncé la situation du palais de justice de La Tuque dans un discours à l'occasion de la rentrée judiciaire. Il a souligné les problèmes éloquents de manque de sécurité et l'absence de confidentialité.

Il avait alors fait allusion à plusieurs incidents dans le passé pour illustrer ses propos, notamment une avocate qui était restée coincée plusieurs heures dans la cage d'escalier. Le Nouvelliste s'est entretenu avec cette dernière, qui préfère ne pas être identifiée.

«Quand on descendait dans le stationnement souterrain, tout se barrait derrière nous. Je suis restée prise dans le vestibule [...] J'ai dû briser la fenêtre pour revenir dans les escaliers, là j'ai frappé dans la porte jusqu'à ce que quelqu'un m'entende», a témoigné l'avocate qui est restée coincée pendant plus de deux heures. L'incident est survenu il y a près de 10 ans. 

Questionnée sur l'état du palais de justice de La Tuque, l'avocate n'hésite pas une seconde à dire qu'il nécessite des travaux depuis longtemps.

«Ç'a aucun sens. Les détenus empruntent les mêmes marches que tout le monde. Question sécurité, il n'y a pas grand-chose qui a du sens à La Tuque [...] Depuis 2004 qu'ils parlent de refaire le palais, je ne sais pas s'ils vont le faire avant que je prenne ma retraite», a-t-elle conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer