Complot pour meurtres: des discussions pour Picotte

Guillaume Picotte, 18 ans de Saint-Paulin, fait face... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Guillaume Picotte, 18 ans de Saint-Paulin, fait face à sept chefs d'accusation.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le dossier de Guillaume Picotte, coaccusé de complot pour meurtres à Trois-Rivières en mars, pourrait bien se régler sans passer par un procès.

L'individu de 18 ans a été cité à procès à l'issue de son enquête préliminaire tenue le 1er septembre. La date de son procès devait être fixée vendredi, lors des assises criminelles d'automne. Son avocat, Me Guy Quirion, a toutefois présenté une demande commune au juge Raymond W. Pronovost afin de remettre le dossier aux assises d'hiver qui sont prévues pour le 16 décembre.

«Il y a des discussions entre la Couronne et la défense», confirme l'avocat de ce résident de Saint-Paulin.

Questionné à savoir si les discussions peuvent aboutir à une proposition commune de règlement, Me Quirion a eu cette réponse.

«Ça fait partie des possibilités», raconte l'avocat qui veut se donner le temps nécessaire de consulter toutes les notes de l'enquête préliminaire de son client.

Me Benoît Larouche tient des propos semblables.

«Ce n'est pas impossible qu'on en arrive à une entente», dit le procureur de la Couronne.

Guillaume Picotte et un individu d'âge mineur sont accusés d'avoir comploté pour assassiner l'ex-copine de l'un deux, pour tuer son père, sa mère et son frère. À l'issue de l'enquête préliminaire, le juge Jacques Trudel a libéré Picotte des accusations de complot pour meurtre de l'adolescente et de son frère. Les accusations de complot pour meurtre du père et de la mère de la jeune fille sont maintenues.

Picotte est aussi accusé de complot pour enlever l'adolescente, de complot pour s'introduire par effraction dans la résidence de celle-ci, de complot pour commettre des vols qualifiés, de tentative d'introduction par effraction dans ladite maison et de possession d'armes blanches dans un dessein dangereux.

Si les deux parties décident de tenir un procès, la date sera fixée le 16 décembre.

L'accusé d'âge mineur devra revenir devant le tribunal le 27 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer