Les faits divers en bref

Les crimes de type arnaque des grands-parents sont... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Les crimes de type arnaque des grands-parents sont en hausse dans la région. À Trois-Rivières seulement, on parle d'une vingtaine de cas depuis octobre 2015.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Arnaque des grands-parents: 52 nouvelles accusations contre Devantro

Faisant déjà face à plus de 20 accusations de fraude contre des personnes âgées, communément appelée l'arnaque des grands-parents, Steven Devantro est maintenant accusé de 52 nouveaux chefs de même nature auprès d'autant de victimes présumées

L'enquête policière a permis de relier ce détenu de 34 ans à de nouveaux cas présumés de fraude dont les montants vont de 3000 $ à 5000 $. 

Ces cas ont été observés du mois d'août 2015 à mars 2016 dans différentes municipalités au Québec, dont Trois-Rivières, Plessisville, Drummondville, Sorel, Montréal et Lévis. 

L'arnaque des grand-parents consiste à se faire passer pour un petit-enfant lors d'un contact téléphonique auprès d'une personne âgée. Le fraudeur raconte avoir un urgent besoin d'argent après avoir été victime d'un accident de la route ou pour payer une caution à la justice et met de la pression pour obtenir ce qu'il veut.

Avec un complice, Devantro aurait établi un système d'appels très structuré pour entrer en contact avec des femmes dont le prénom laisse croire qu'elles sont susceptibles d'avoir des petits-enfants. 

En plus de fouiller sur le site Canada411 à la recherche de femmes dont le prénom est plus ancien, ce résident de Montréal aurait épluché des avis de décès dans différentes villes du Québec pour cibler de fraîches veuves et noter le prénom des petits-enfants. Les contacts téléphoniques étaient par la suite établis jusqu'à temps que les personnes mordent à l'hameçon.

Certaines images captées par des caméras de surveillance installées à la porte de résidences pour aînés montrent des personnes quitter en déambulateur, en pleine tempête de neige, pour aller retirer des milliers de dollars à leur institution financière afin de remettre l'argent.

Ayant au compteur des antécédents judiciaires en matière de vol, de drogue et de bris de probation, Devantro reviendra en cour le 26 octobre pour subir son enquête sur remise en liberté concernant les nouvelles accusations.

Saisie de plants de cannabis et de cigarettes

Les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC de Maskinongé ont arrêté un homme de 64 ans de Saint-Alexis-des-Monts, jeudi, en lien avec la saisie d'environ 200 plants de cannabis matures et d'autant de cigarettes de contrebande.

C'est dans le cadre de l'opération Cisaille 2.0 que les enquêteurs de la SQ ont découvert la plantation extérieure, identifiée par une détection aérienne.

À la suite d'une courte enquête, cette plantation a été reliée à une résidence de la rue des Perdrix, où la perquisition a été effectuée et le sexagénaire arrêté. Le suspect sera probablement accusé de production de cannabis et d'autres chefs en lien avec la loi concernant l'impôt sur le tabac.

Depuis le début de l'opération Cisaille 2.0 de cette année, les policiers de la SQ de la MRC de Maskinongé ont saisi plus de 2000 plants de cannabis et arrêté quatre personnes.

Richard Auger sera évalué

Richard Auger, coupable de possession et de production de pornographie juvénile, subira une évaluation afin de déterminer s'il doit être déclaré délinquant à contrôler.

Le juge Guy Lambert a fait sien le point de vue de l'avocat de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, lors du retour du dossier d'Auger au palais de justice de Trois-Rivières, jeudi. Me Poirier a plaidé au président du tribunal que l'individu de 55 ans présente un risque de récidive, variant de modéré à élevé. Pour parvenir à cette conclusion, Me Poirier se basait sur un rapport d'expert fourni à la cour. Dans ce rapport, Auger est décrit comme étant irresponsable, impulsif et inconséquent. Ses trois antécédents judiciaires en matière sexuelle représentent un autre argument, selon Me Poirier, en avançant qu'une peine de plus de deux ans d'emprisonnement pourrait être envisagée, peine qui pourrait être modifiée selon les conclusions d'une telle évaluation.

Me Alex Lemay était plutôt d'avis que son client a plaidé coupable à des sévices qui ne figurent pas dans la colonne des crimes les plus graves si on regarde les dispositions de l'article faisant référence à une demande pour une telle évaluation. Me Lemay a ajouté que c'est la première fois que ce citoyen de Trois-Rivières commet ce genre de crimes, donc il n'y a pas eu de répétition, et qu'il éprouve des remords. Me Lemay ne croyait pas que son client était susceptible d'être déclaré délinquant dangereux et estimait qu'une peine inférieure à deux ans serait applicable à Auger, citant quelques cas de jurisprudence en semblable matière. 

La possibilité qu'un accusé soit condamné à purger plus de deux ans de prison est un critère pour demander une évaluation visant à déterminer s'il doit être déclaré dangereux ou à contrôler.

Rappelons qu'en novembre 2015, les policiers ont saisi au domicile d'Auger plus de 280 fichiers. Ce dernier est détenu depuis son arrestation. Le 13 décembre est la date fixée pour le retour en cour de Richard Auger. Son rapport sera alors disponible et les avocats procéderont aux représentations sur sentence à une date ultérieure.

Carignan accusé de porno juvénile

Un autre cas de pornographie juvénile a occupé le palais de justice de Trois-Rivières, jeudi.

Raphaël Carignan, 26 ans, est accusé de possession de pornographie juvénile, d'avoir accédé à de la pornographie juvénile et d'avoir rendu accessible de la porno juvénile entre le 15 juillet 2015 et le 15 septembre 2016. Ce résident de Trois-Rivières est accusé de production de porno juvénile pour des événements survenus les 14 et 15 septembre 2016. Il aurait aussi rendu publique une image intime d'une personne d'âge mineur.

De plus, comme il ne pouvait utiliser Internet en raison d'une ordonnance de la cour, il est aussi accusé de bris de condition.

Le suspect a été arrêté jeudi matin par le service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec à son domicile. Les policiers ont alors saisi du matériel informatique à des fins d'analyse.

Carignan se trouve en attente du prononcé d'une peine pour de la pornographie juvénile. En raison de la situation, la Couronne s'est opposée à sa remise en liberté à la suite de sa comparution.

Carignan subira son enquête sur remise en liberté le 21 septembre.

Accident à La Tuque: le camionneur s'en tire

Le camionneur dont l'état avait été jugé critique à la suite d'un accident survenu mercredi après-midi sur la route 155 à La Tuque s'en est finalement bien tiré. 

L'homme de 55 ans de Thetford Mines a obtenu son congé de l'hôpital de la Tuque jeudi matin.

L'impact entre son camion et une voiture s'était produit à la sortie du centre-ville de La Tuque, près du camping. 

Le conducteur de la voiture avait quant à lui subi des blessures à un bras.

Vol qualifié dans un dépanneur de Trois-Rivières

Un vol qualifié a été perpétré, à 19 h 05 jeudi, dans un dépanneur de la rue du Père-Marquette à Trois-Rivières.

Le voleur était armé d'un couteau lorsqu'il a menacé le commis et lui a demandé le contenu du tiroir-caisse. Après avoir obtenu ce qu'il voulait, l'individu aurait pris la fuite à vélo.

Au moment d'écrire ces lignes, les policiers ratissaient toujours le secteur et ne l'avaient toujours pas localisé.

Avec Mathieu Lamothe

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer