Femme séquestrée et violentée: Alarie-Lamy savait ce qu'il faisait

L'évaluation psychiatique subie par Samuel Alarie-Lamy indique que l'homme... (PHOTO ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'évaluation psychiatique subie par Samuel Alarie-Lamy indique que l'homme accusé de voies de fait, de séquestration et d'agression sexuelle contre une femme de 33 ans avait conscience de ce qu'il faisait lors des événements présumés.

Voilà la conclusion comprise dans le rapport commandé pour vérifier l'état psychiatrique du jeune homme de 23 ans. Ce dernier ne pourra plaider la non-responsabilité criminelle pour la suite des procédures. C'est ce qu'a confirmé son avocat, Me David Grégoire, lors du retour du dossier de son client, mercredi, au palais de justice de Shawinigan.

Samuel Alarie-Lamy devait subir son enquête sur caution, mercredi. Me Grégoire a demandé et obtenu que cette étape soit reportée au 21 septembre. L'avocat veut faire évaluer son client afin qu'il soit admis dans une maison de thérapie pour traiter un problème de toxicomanie.

Dans la nuit du 31 juillet au 1er août, Samuel Alarie-Lamy aurait attendu sa présumée victime et l'aurait rouée de coups et ébouillantée avec une casserole d'eau. Il l'aurait frappée et lui aurait même enfoncé un clou dans un genou.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer