Labbé reprend sa liberté

Le Dr Jean-Charles Labbé... (François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Dr Jean-Charles Labbé

François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Jean-Charles Labbé n'est plus détenu. Le juge Guy Lambert a accepté de lui rendre sa liberté en attendant la suite des procédures pour ses nouveaux démêlés avec la justice vraisemblablement liés une fois de plus à sa consommation d'alcool.

Le docteur Labbé a été arrêté il y a un mois et a été accusé d'harcèlement criminel à l'égard de ses parents, de voies de fait contre son père et de lui avoir proféré des menaces.

Lors de l'enquête sur caution de Labbé, tenue mercredi au palais de justice de Trois-Rivières, un témoin de la Couronne a expliqué que les parents du docteur avaient hébergé leur fils durant quelques mois.

En raison de sa consommation d'alcool, Jean-Charles Labbé aurait été agressif envers son père. Il aurait passé son poing près du visage de son père, sans jamais le frapper cependant.

Selon ce qui a été rapporté devant le juge Lambert, les parents de Jean-Charles Labbé ont quitté leur propre domicile en raison du comportement de leur fils et ont par la suite contacté la police pour porter plainte contre lui. Sans souhaiter de malheur à leur fils, les parents de Jean-Charles Labbé souhaitent rompre les liens avec lui.

Jean-Charles Labbé s'est exprimé devant le président du tribunal, à l'invitation de son avocat, Me Jean-François Lauzon. Le docteur Labbé a indiqué qu'il travaille depuis plusieurs mois à la relance des activités de son entreprise, Médi-Ressources, et au démarrage d'un service médical à domicile.

Il est ouvert à suivre une thérapie pour traiter son problème d'alcool (il qualifie sa consommation de sporadique), mais en clinique externe, afin de pouvoir continuer à travailler au développement de ses entreprises.

Son avocat a fait des démarches auprès de la maison l'Accalmie afin d'héberger Labbé durant 21 jours, ce dernier ayant déjà eu des idées sombres. De plus, Jean-Charles Labbé affirme qu'il va poursuivre ses rencontres avec les Alcooliques anonymes. Il dit être conscient que ses écarts de conduite et ses problèmes avec la justice sont reliés à l'alcool.

L'avocate de la Couronne, Me Julie Forget, a rapppelé au tribunal que Jean-Charles Labbé a 12 bris de condition à son actif et qu'il a déjà abandonné les services de Domrémy, car il était trop occupé.

De plus, la suggestion de la défense ne prévoyait aucune thérapie interne de plus de 30 jours. Me Forget était d'avis que la cour n'avait pas les garanties suffisantes concernant le respect des conditions de la part de l'accusé.

Le juge Lambert a finalement accepté de faire confiance à Jean-Charles Labbé. En plus des suggestions de conditions proposées par son avocat, le président du tribunal exige de l'accusé qu'il ne contacte pas ses parents et qu'il assiste à tous les rendez-vous (soins médicaux, thérapie) auxquels il sera convié. «Ce n'est pas la première fois qu'on se voit professionnellement. Et chaque fois que vous avez des problèmes avec la justice, c'est à cause de l'alcool. Vous devez vous impliquer avec humilité dans une thérapie», n'a pas manqué de souligner le juge Lambert.

Le dossier de Jean-Charles Labbé reviendra devant le tribunal le 14 octobre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer