Éric Roch devrait connaître sa peine le 26 septembre

Éric Roch...

Agrandir

Éric Roch

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Maintenant que le rapport visant à déterminer s'il peut être déclaré délinquant dangereux ou délinquant à contrôler a été reçu par les avocats traitant son dossier, Éric Roch pourrait connaître sa peine de prison dès le 26 septembre pour de nombreux crimes allant de la séquestration aux voies de fait et aux introductions par effraction.

En mai, le juge Jacques Lacoursière a envoyé le criminel de 39 ans subir un examen visant à déterminer s'il peut être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler. Le juge a ainsi entériné une demande formulée par le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier.

Ce dernier appuyait sa requête sur la longue feuille de route criminelle de l'individu et sur la nature de certains crimes perpétrés. La notion de délinquant dangereux versus celle de délinquant à contrôler entraîne beaucoup plus de contraintes pour la personne visée par cette étiquette.

Le rapport commandé a été reçu vendredi. Mardi, le dossier de Roch était de retour au palais de justice de Trois-Rivières.

Son avocat, Me Yvan Braun, affirme ne pas avoir l'intention de contester le rapport, mais veut prendre le temps de l'examiner attentivement avant le prochain passage de Roch devant le juge Lacoursière, le 26 septembre.

Me Braun veut également discuter du dossier de son client avec la Couronne dans l'objectif de présenter au juge une suggestion commune de sentence.

La peine qui attend Éric Roch est en lien avec son plaidoyer de culpabilité à 46 accusations enregistré en mai. Cet individu s'est notamment introduit en mai 2015 dans la résidence d'une sexagénaire du secteur Sainte-Marthe en pleine nuit. Il l'avait menacée avec un couteau sur la gorge pour l'inciter à lui remettre de l'argent.

Étant donné qu'elle n'avait rien en sa possession, Roch l'a enlevée et conduite de force dans son véhicule afin de la contraindre à effectuer un retrait d'argent à un guichet automatique. Par la suite, Roch s'est arrêté dans un dépanneur de la rue Fusey pour forcer son otage à aller acheter des cigarettes et de l'eau. La dame avait profité de l'occasion pour demander au commis d'appeler la police qui a arrêté Roch peu de temps après.

Éric Roch faisait aussi l'objet d'accusations de séquestration, de voies de fait causant des lésions, de voies de fait armés avec un couteau et de menaces à l'endroit d'une femme qu'il fréquentait.

Les faits sont arrivés en avril 2015 lors d'une dispute portant sur un vol qu'il venait de réaliser. Roch a entre autres serré la gorge de la femme au point de lui faire manquer d'air, a tiré ses cheveux et lui a donné des coups de poing à la tête.

L'homme a aussi admis être l'auteur d'une trentaine d'introductions par effraction et de vols dans des commerces et des résidences, principalement à Trois-Rivières entre décembre 2014 et mai 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer