Décès de Michaël Lapointe: pas d'accusation criminelle

Les parents de Michaël Lapointe sont entourés des... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les parents de Michaël Lapointe sont entourés des membres de leur famille et de leur avocate. Sur la photo: Carmen Tremblay, Me Mélanie Ricard, Johanne Brodeur, Pierre Lapointe, Marie Lapointe et Yves Lapointe.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La déception était palpable. L'ambiance était lourde, mais ils ont l'impression d'être allés jusqu'au bout.

La voiture de la victime a sombré dans... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

La voiture de la victime a sombré dans la rivière du Milieu le 30 septembre dernier. 

Courtoisie

Michaël Lapointe... - image 1.1

Agrandir

Michaël Lapointe

Les parents de Michaël Lapointe, le jeune homme qui a perdu la vie alors que sa voiture a sombré dans la rivière du Milieu après une sortie de route, ont appris jeudi qu'aucune accusation criminelle ne sera déposée après l'étude du dossier par le procureur de la Couronne.

«La déception est énorme. On est très déçus. On se préparait, mais ça nous rentre dedans», a lancé en pleurs la mère de la victime, Johanne Brodeur.

Une rencontre, dont tous les éléments sont confidentiels, a eu lieu entre la famille de Michaël Lapointe, le procureur de la Couronne et l'enquêteur au dossier. Pendant près de deux heures, on a expliqué la décision en détail et répondu à toutes les questions.

«J'apprécie énormément qu'ils aient pris le temps de nous écouter et de nous expliquer. On est très reconnaissants [...] On est satisfaits du travail qui a été fait, mais pas de la décision», a affirmé Mme Brodeur.

«Quand il y a une enquête, il y a toujours de l'espoir et des attentes. C'est impossible de faire un deuil. On a de la rage et on avait hâte que ça ait une fin. À voir l'épaisseur du dossier qu'ils nous ont montré, j'ai confiance qu'ils sont allés au fond des choses. Ç'a été bien expliqué et je les remercie. On est convaincus que les policiers ont fait leur travail», a ajouté Pierre Lapointe, le père de la victime.

Impossible de savoir ce qui a motivé la décision du procureur de ne pas porter d'accusations. Toutefois, sa position semble avoir été bien comprise par les principaux intéressés.

«On comprend que selon la loi... mais ça nous déçoit terriblement vous comprendrez», a commenté M. Lapointe.

Les parents de la victime n'en reviennent toujours pas et ils ont peur que la même situation se reproduise. C'est ce qu'ils veulent éviter à tout prix.

«On ne veut pas la tête de personne. On ne veut pas d'argent. On veut juste que cela n'arrive plus jamais. [...] Avec une décision comme ça, est-ce qu'on dit à tout le monde qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent dans le bois? Ça, ça me dérange énormément», soutient Mme Brodeur.

Maintenant, Johanne Brodeur et Pierre Lapointe souhaitent vivre leur deuil. Ils ont l'impression d'être allés au bout. Rappelons qu'après avoir appris par Le Nouvelliste que l'enquête avait été fermée, ils se sont battus pour la faire rouvrir.

«On souhaite maintenant que le coroner fasse des recommandations pour qu'à l'avenir il n'y ait plus de zone grise pour ce genre de situation», a affirmé M. Lapointe.

Les parents de la victime prendront quelques jours de repos pour analyser la décision. Une rencontre avec leur avocate devrait avoir lieu dans les prochaines semaines afin d'évaluer la situation et la suite des choses.

«Le DPCP considère que les gestes posés ne constituent pas de la négligence criminelle. Je vais avoir à réévaluer la décision du procureur avec mes clients quand ils auront la tête reposée. On va en discuter. Est-ce qu'à première vue je suis en accord avec lui? Pas nécessairement. Éventuellement, il y a peut-être d'autres avenues que je pourrais proposer à mes clients, notamment une révision de la décision», a commenté Me Mélanie Ricard.

«On va regarder toutes les avenues, mais on a un deuil à faire, il n'est pas encore fait. On ne veut pas y laisser notre peau. Il faut se reconstruire. On est à bout», a ajouté Mme Brodeur.

Le 3 septembre, parents et amis de Michaël Lapointe se réuniront sur les lieux du drame afin de fixer une croix en sa mémoire.

«Il va y avoir une cérémonie en après-midi. On va planter la croix. C'est ce qui va terminer les obsèques de Michaël. On va en faire un endroit de recueillement, et on va pouvoir tourner la page», a mentionné Pierre Lapointe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer