Agression au Festival western: l'enquête préliminaire de Paquin débute

Marc-André Paquin était au palais de justice de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc-André Paquin était au palais de justice de Shawinigan mercredi dans le cadre de son enquête préliminaire.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'enquête préliminaire de Marc-André Paquin a commencé, mercredi, au palais de justice de Shawinigan, en lien avec la violente agression survenue dans la nuit du 17 au 18 septembre 2015 au Festival western de Saint-Tite.

Martin Caron, la victime, était aussi présent au... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Martin Caron, la victime, était aussi présent au palais de justice mercredi. 

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Lors d'une dispute, le suspect, qui était domicilié à Lac-à-la-Tortue, aurait asséné un coup de pied au visage de Martin Caron de Joliette, alors que ce dernier était penché pour ramasser, semble-t-il, une peluche. La victime, qui avait alors 32 ans, était ensuite tombée à la renverse et s'était fracturée le crâne.

À l'hôpital, Martin Caron avait dû se faire retirer une partie de la boîte crânienne à la suite d'une hémorragie au cerveau. Il était demeuré plusieurs jours dans le coma.

Le beau-frère de la victime, Louis Boisvert, avait ensuite fait appel aux médias et aux réseaux sociaux pour favoriser la collecte d'informations sur l'auteur de l'agression. Il avait même offert une récompense de 5000 $.

Les policiers avaient finalement réussi à retrouver Marc-André Paquin et à l'arrêter quelques jours après les événements.

Le 22 septembre, il avait alors été accusé de voies de fait graves. Il avait cependant pu reprendre sa liberté mais sous conditions.

Dans le cadre des procédures judiciaires, l'enquête préliminaire est l'étape qui précède le procès. Elle vise à déterminer si la preuve est suffisamment forte pour aller à procès.

Dans le cas présent, le renvoi à procès n'est pas contesté par l'avocat de la défense, Me Jean-Sébastien Gladu. Par contre, il tenait à entendre certains témoins pour évaluer leur crédibilité notamment.

C'est pourquoi la poursuite a assigné six personnes devant le tribunal pour raconter ce qu'elles ont vu lors de l'événement. Deux d'entre elles ont d'ailleurs été entendues mercredi en toute fin de journée.

Les autres témoins devront revenir le 20 octobre pour la suite de cette enquête préliminaire.

Une ordonnance de non-publication nous interdit cependant de dévoiler le contenu de leur témoignage et de la preuve.

Par ailleurs, notons que Martin Caron était présent dans la salle d'audiences pour assister à l'enquête préliminaire. Il a refusé d'accorder des entrevues aux médias présents.

Selon ce que la poursuite a annoncé à la juge Dominique Slater, il ne pourra vraisemblablement pas témoigner lors du procès à venir puisqu'il n'aurait aucun souvenir de ce qui s'est passé la nuit du 17 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer