Le procès de Djemila Benhabib approche

Djemila Benhabib... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Djemila Benhabib

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

Le procès visant l'auteure et ancienne candidate du Parti québécois Djemila Benhabib, accusée de diffamation contre une école privée, Écoles musulmanes de Montréal (EMMS), débutera le mois prochain.

L'auteure du livre Ma vie à contre Coran a comparé en 2012 l'établissement à un camp d'entraînement de combattants islamistes en Afghanistan ou au Pakistan, dans une entrevue radiophonique accordée à l'animateur Benoit Dutrizac.

Djemila Benhabib, qui se dit militante féministe et défenseure de la laïcité, a affirmé mardi n'éprouver aucun regret pour ces commentaires livrés quatre ans plus tôt.

L'EMMS - qui offre des cours de niveau primaire et secondaire - réclame un dédommagement de 95 000$ pour avoir vu sa réputation ternie par les propos de l'accusée. Cette dernière plaidera pour sa part au nom de la liberté d'expression.

L'avocat du plaignant, Julius Grey, tentera de démontrer que Mme Benhabib a causé un réel tort à l'établissement qu'il défend. Le juriste est connu en tant que défenseur des droits de la personne et de la liberté d'expression, mais il croit que l'accusée a franchi une limite.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Benhabib, s'est gardée de commenter directement l'affaire en cause, mais elle a affirmé ne pas regretter le choix de ses mots en 2012.

«Je ne regrette surtout pas mon engagement politique qui est réel et authentique. Jamais je n'accepterai ici ce que j'ai toujours refusé en Algérie et que j'ai toujours combattu», a-t-elle dit, mentionnant la soumission des femmes et l'aliénation dans un système totalitaire.

Dans l'entrevue litigieuse, celle qui a tenté de se faire élire comme députée à Trois-Rivières puis à Laval disait s'inquiéter par les extraits du Coran publiés sur le site web de l'EMMS, mais retirés depuis. Selon elle, ces écrits insistaient de façon inappropriée sur l'importance pour les jeunes filles de rester pures.

L'école est reconnue par le gouvernement du Québec et suit le programme établi par le ministère de l'Éducation.

Des dépliants distribués par l'établissement privé ont aussi été une source d'indignation chez Mme Behnabib, en particulier l'image montrant des fillettes portant le hijab.

L'auteure a dit mardi qu'elle s'était toujours attendue à «perdre des plumes» en défendant ses positions quant à la laïcité. «Je sais ce dont sont capables mes adversaires donc il n'y a pas de surprise.»

Djemila Benhabib est née en Ukraine d'un père algérien de confession musulmane et d'une mère Greco-cypriote. Elle estime avoir souffert en grandissant dans un système d'éducation islamique.

«Nous allons plaider que la comparaison faite avec le terrorisme en est une particulièrement dangereuse à notre époque», a pour sa part souligné Julius Grey.

L'accusée dément avoir utilisé le mot «terrorisme».

Une campagne de financement est en cours dans le but d'amasser l'argent nécessaire pour payer les frais d'avocat de Mme Benhabib.

Le procès au civil s'ouvrira le 26 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer