Alcool au volant: quatre ans de prison pour un multirécidiviste

Marc Asselin, un individu de 55 ans de Saint-Narcisse, a écopé de quatre ans de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Marc Asselin, un individu de 55 ans de Saint-Narcisse, a écopé de quatre ans de pénitencier à la suite d'une 13e arrestation pour alcool au volant.

Ce multirécidiviste avait été intercepté le 30 mars dernier à Saint-Stanislas. L'alcootest avait révélé un taux de 211 mg d'alcool alors que la limite permise est de 80 mg.

Il s'agissait non seulement de sa 13e arrestation pour alcool au volant mais son dossier judiciaire compte pas moins de 46 inscriptions diverses entre 1983 et 2016 pour incendie criminel, introduction par effraction et vol, méfaits, entrave, menaces, voies de fait, bris d'engagements et bris de probation, délit de fuite, refus d'obtempérer, conduite durant interdiction et conduite avec les facultés affaiblies.

Dans cette cause, la poursuite représentée par Me Julie Forget réclamait une peine dissuasive et dénonciatrice, soit quatre ans de prison.

L'avocate de l'accusé, Me Pénélope Provencher, recommandait plutôt une peine de 27 mois et demi qui, selon elle, tiendrait compte des périodes d'accalmie dans son dossier judiciaire, des circonstances particulières dans laquelle il avait commis l'infraction et de sa capacité de réinsertion sociale.

En ce sens, Marc Assselin a reconnu son problème d'alcoolisme. Durant les 20 dernières années, il a suivi deux thérapies. En 2008, il a par ailleurs été diagnostiqué bipolaire, ce qui l'oblige à prendre une médication.

Puis, en 2015, il aurait cessé de consommer lors de l'hospitalisation de sa conjointe. Or, le décès de celle-ci survenu le 26 mars 2016 aurait causé une rechute. Le 30 mars, il a donc visité trois bars différents avant d'être arrêté peu avant 18 h.

Dans sa décision, le juge David Bouchard a tenu compte des facteurs aggravants comme son taux d'alcoolémie, son dossier judiciaire et le risque de récidive.

À titre de faits atténuants, il a considéré son plaidoyer de culpabilité rapide, ses remords et sa capacité de réhabilitation sociale.

Or, cela n'a pas été suffisant. Le tribunal retient que les peines antérieures n'ont pas eu l'effet escompté au niveau de la dissuasion. En 2006, Marc Asselin avait en effet écopé de 22 mois de prison. Qui plus est, entre 2008 et 2014, son véhicule était muni d'un antidémarrreur avec éthylomètre. Malgré tout, il a récidivé en 2016 ce qui est très inquiétant selon le tribunal.

Il l'a donc condamné à une peine de quatre ans de pénitencier. En tenant compte de sa détention préventive, Marc Asselin devra purger 1259 jours de prison. Il lui sera par ailleurs interdit de conduire tout véhicule pendant cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer