William Labranche subira un seul procès

William Labranche... (Facebook)

Agrandir

William Labranche

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le juge Jacques Trudel a tranché, William Labranche subira un seul et unique procès pour ses accusations liées à de violentes agressions sexuelles sur deux femmes. Les faits se seraient produits entre 2011 et 2014.

Son avocate, Me Pénélope Provencher, avait présenté une requête pour scinder les causes des deux plaignantes. La défense prétendait, entre autres, qu'il n'y a pas de similitudes frappantes entre les deux trames d'événements, que le contexte des relations était différent et que certains délits reprochés à son client n'auraient pas été commis envers les deux plaignantes.

Or, le juge Jacques Trudel n'a pas adhéré à la version proposée par son avocate. «On demandait un procès séparé. Le juge a décidé de faire un procès conjoint. Donc, ce sera un procès qui serait fixé pour une durée de deux semaines qui se tiendra probablement début janvier», résumait Me Provencher. Il a donc préféré les motifs de la procureure dans ce dossier, Me Marie-Ève Paquet, pour en arriver à la conclusion que les trames factuelles étaient suffisamment semblables pour justifier la tenue d'un seul procès.

L'avocate de William Labranche entend maintenant s'attaquer à la validité du mandat de perquisition. Elle s'appuiera sur la Charte canadienne des droits et libertés afin de faire rejeter cet élément de preuve. Selon les dires de la Couronne, le rejet ou l'acceptation en preuve des objets saisis lors de la perquisition pourrait avoir des effets sur le nombre d'accusations qui seront finalement déposées contre le détenu.

Elle prévoit aussi présenter une preuve de faits similaires. La Couronne tentera donc de prouver que les allégations des deux plaignantes sont à ce point semblables que le juge doit conclure à leur vraisemblance.

Rappelons que William Labranche fait face à plus d'une trentaine de chefs d'accusation.

Dans un premier temps, il aurait agressé sexuellement et violenté une jeune femme à plusieurs reprises entre 2011 et 2014. Les accusations portées dans cette cause sont agressions sexuelles armées, agressions sexuelles causant des lésions, voies de fait armées dont deux avec un fouet, voies de fait simples, séquestrations, menace de mort, introduction par effraction, méfait, trafic de drogue et possession pour fins de trafic, entre autres.

En ce qui concerne l'autre plaignante, les faits reprochés seraient survenus sur deux jours, entre le 19 et le 21 avril 2015. On l'accuse d'agression sexuelle, agression sexuelle causant des lésions, voies de fait, agression armée, séquestration, menaces, possession de marijuana et de cocaïne. Certains faits qui lui sont reprochés auraient même été commis dans un café de Trois-Rivières en présence d'employées.

Les parties seront de retour en cour le 25 août prochain pour fixer la date du procès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer