Sentence de Karine Grenier: la Couronne va en appel

La Cour d'appel du Québec permet à la Couronne d'en appeler de la décision du... (PHOTO ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Cour d'appel du Québec permet à la Couronne d'en appeler de la décision du juge Bruno Langelier dans l'affaire de Karine Grenier. Celle-ci avait plaidé coupable aux accusations de vols et de trafic de narcotiques en janvier 2015. La Cour d'appel tiendra une audience le 9 décembre prochain pour décider de l'affaire.

Le procureur en charge du dossier, Julien Beauchamp-Laliberté, entend démontrer que la peine imposée par le juge Langelier est trop clémente. Karine Grenier avait écopé de 44 mois d'emprisonnement avec sursis et d'une peine de prison de 90 jours à purger de façon discontinue.

Pour un vol de 15 000 comprimés ayant une valeur avoisinant les 85 000 $, le procureur avait demandé une peine de 36 mois d'emprisonnement. Pour appuyer sa demande, la Couronne soutient que la jeune femme ne mérite pas d'atténuation de sa peine puisqu'elle a perpétré les vols en toute connaissance de cause. Karine Grenier était effectivement responsable des commandes de médicaments et aurait profité des lacunes dans l'inventaire de la pharmacie pour y subtiliser l'objet de son trafic.

En guise de réparation pour les crimes commis, la poursuite demande à ce que des amendes de 35 000 $, équivalentes aux profits qu'elle a réalisés, soient imposées à Mme Grenier.

«Le crime ne paie pas» est l'adage qu'entend faire respecter Me Beauchamp-Laliberté.

Rappelons que les vols ont été perpétrés entre 2011 et 2013 alors que Karine Grenier était technicienne en laboratoire dans un Jean Coutu de Shawinigan. À raison d'un pot de Dilaudid et d'un contenant d'hydromorphones par semaine, la femme de 27 ans faisait le recel de ces narcotiques chez Claude Stevens.

C'est d'ailleurs chez ce dernier qu'elle s'est fait pincer.

Claude Stevens a pour sa part été condamné par la Cour d'appel à 36 mois d'emprisonnement. C'est plus que les 18 mois initialement imposés par le juge de premier instance dans ce dossier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer