Le discours de Bain n'était pas bizarre ou délirant

Richard Henry Bain, en 2012... (Archives La Presse)

Agrandir

Richard Henry Bain, en 2012

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Richard Henry Bain a semblé s'assoupir à son procès pour meurtre, jeudi, ce qui a poussé en après-midi le juge à suspendre les audiences jusqu'à vendredi.

Le juge Guy Cournoyer a expliqué aux 14 jurés que l'accusé ne semblait pas aussi alerte que pendant les 28 autres jours d'audiences. M. Bain a effectivement baissé la tête et fermé les yeux à plusieurs reprises, jeudi, pendant le témoignage du témoin expert de la Couronne, le psychiatre judiciaire Joel Watts.

Richard Henry Bain, âgé de 65 ans, a plaidé non coupable aux six chefs d'accusation déposés contre lui pour meurtre prémédité, tentatives de meurtre (trois), possession de matériel incendiaire et incendie criminel, relativement à l'attentat survenu le soir de la victoire de Pauline Marois et du Parti québécois aux élections générales du 4 septembre 2012. Le technicien de scène Denis Blanchette a été tué et son collègue Dave Courage a subi de graves blessures après avoir été atteints par le même projectile à l'extérieur du Métropolis.

La défense plaide la thèse de la non-responsabilité criminelle pour cause de trouble mental, alors que la Couronne croit que M. Bain était plutôt animé d'une rage fanatique envers les souverainistes québécois. C'est cette thèse que vient défendre le docteur Watts depuis mercredi.

Avant l'ajournement, jeudi, le psychiatre avait expliqué aux jurés que le discours religieux ou politique de l'accusé n'était pas bizarre ou délirant. Selon lui, les déclarations de M. Bain à la police, aux médecins et à d'autres personnes après son arrestation n'étaient pas plus extrêmes que celles de quelqu'un qui a des opinions passionnées sur ces mêmes sujets et qui ne souffre aucunement de troubles mentaux.

«Ses idées (politiques) sont ancrées dans les faits et l'histoire, a soutenu le psychiatre, jeudi. Beaucoup de gens ont des points de vue politiques erronés: cela n'en fait pas pour autant des psychotiques.»

Le jury avait entendu plus tôt au procès que selon M. Bain, les séparatistes menaient la province à sa perte et que Montréal devrait se séparer du Québec et demeurer au Canada - la thèse de la «partition».

La défense a aussi soutenu que M. Bain s'était tourné vers la religion après un épisode maniaque autour de 2009, preuve selon elle que l'accusé perdait contact avec la réalité. L'accusé disait aux psychiatres après son arrestation que «Dieu planifie tout» et que c'est Dieu qui lui avait ordonné de tuer des séparatistes.

Mais selon le docteur Watts, les opinions religieuses de M. Bain sont tout à fait courantes dans la bouche de chrétiens évangéliques, et ses opinions politiques sont certes extrêmes, mais pas du tout symptomatiques de troubles mentaux.

Dans son rapport d'évaluation psychologique, déposé en preuve mercredi, le docteur Watts concluait «avec une certitude médicale raisonnable» que M. Bain était tout à fait capable d'apprécier la nature de ses gestes, et qu'il était conscient de commettre un acte répréhensible le 4 septembre 2012. Selon lui, M. Bain aurait plutôt commencé à tirer à l'extérieur du Métropolis parce qu'il était mécontent des résultats du scrutin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer