La peine de Stéphanie Beaudoin la «voleuse sexy» maintenue

La peine imposée par le juge de première... (La Voix de l'Est)

Agrandir

La peine imposée par le juge de première instance à Stéphanie Beaudoin est maintenue.

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

Stéphanie Beaudoin conservera sa peine discontinue de 90 jours d'emprisonnement après la décision de la Cour d'appel du Québec rendue mardi matin.

Elle et ses trois complices, âgés de 11, 13 et 17 ans, ont dérobé de l'argent et du matériel pour une valeur globale de 86 000 $. La quarantaine de vols avaient été perpétrés dans des résidences des MRC d'Arthabaska et de l'Érable à l'été 2014. Des dommages atteignant 5600 $ ont aussi été causés aux propriétés touchées.

Notons que Mme Beaudoin n'était pas présente à l'audience mais qu'elle a tout de même souligné la fin de cette histoire via son compte Facebook.

«Près de 2 ans après l'arrestation, tout est maintenant terminé. Merci à mon avocat maître Denis Lavigne, à ma famille à tout [sic] mes amis [...] pour votre support [sic], je vous en est [sic] grandement reconnaissante», écrivait-elle.

La Couronne avait jugé que la sentence de celle qu'on surnomme la «voleuse sexy» était trop clémente et en avait appelé de la décision du 8 février dernier. Le magistrat de la Cour d'appel n'a pas voulu modifier la décision du juge de première instance, faisant preuve de déférence à l'endroit du travail de son collègue.

Le procureur de la Couronne dans ce dossier, Me Louis-Charles Bal, se dit déçu mais respecte la décision de la cour.

«D'une certaine façon, ils me donnent raison. Si ça avait été eux en première instance, ils auraient adhéré à mes propos. Mais là, je pense qu'ils ne veulent pas intervenir puisque la décision du juge de première instance n'était pas manifestement déraisonnable», ajoutait-il.

Outre sa condamnation, la coupable s'est vue forcer de restituer 10 000 $ à deux familles qui avaient été la proie des activités des quatre criminels.

Mme Beaudoin avait plaidé coupable à 39 chefs d'accusation d'introduction par effraction et à sept autres en lien avec la possession illégale d'armes à feu, de complot pour vol et de possession d'articles de cambriolage.

En conséquence, la Victoriavilloise de 23 ans devra passer les 45 prochains week-ends en prison. La sentence est bien sous les 18 mois que réclamait la Couronne dans cette affaire.

Notons qu'elle sera également soumise à une période de probation de 30 mois, qu'elle devra effectuer 200 heures de travaux communautaires et qu'elle suivra les thérapies requises par son agent de probation et son médecin traitant. La juge a aussi cru bon de lui interdire l'usage de son image afin d'en tirer des bénéfices.

L'avocat de la jeune femme, Me Denis Lavigne, s'est dit satisfait du dénouement de l'affaire. «Je suis très heureux, car une peine de prison plus longue aurait nui à la santé et aux troubles de personnalité limite de ma cliente. Ça aurait eu des répercussions sur sa réhabilitation», a-t-il affirmé au Journal de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer