Parc des Trois Soeurs: la nation Atikamekw devient partenaire

La Ville de La Tuque et le Conseil... (Audrey Tremblay)

Agrandir

La Ville de La Tuque et le Conseil de la nation atikamekw sont désormais partenaires dans le développement du Parc des Trois Soeurs. Sur la photo: le maire Normand Beaudoin et le grand chef Constant Awashish.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA) et la Ville de La Tuque ont officialisé leur association pour assurer le développement du parc régional des Trois Soeurs situé en Haute-Mauricie. Le CNA estime qu'il s'agit d'une opportunité de mise en valeur du patrimoine et de la culture d'Atikamekw.

«Notre objectif commun est de faire un projet réaliste et viable financièrement qui sera populaire auprès des amateurs de plein air, qui répondra aux besoins des visiteurs, qui leur permettra de découvrir la culture Atikamekw et qui sera à la mesure de nos moyens», a lancé le maire de La Tuque Normand Beaudoin.

Lorsque ce dernier a demandé au CNA de s'impliquer, la réponse a été unanime. On y voyait un modèle d'affaires gagnant, et une vitrine importante pour la culture Atikamew.

«Il y a beaucoup de potentiel ethnotouristique. C'est une tendance mondiale. [...] Les Atikamekws ont la particularité de pratiquer encore des activités traditionnelles et de parler la langue qu'ils ont su conserver. On veut offrir notre authenticité», a mentionné le grand chef du CNA, Constant Awashish.

D'ailleurs, le CNA a déjà dressé une liste exhaustive des activités traditionnelles qu'il pourrait y avoir; campement rustique traditionnel, exposition permanente d'oeuvre d'art atikamekw, centre d'interprétation, tannage de peaux, fabrication de récipient d'écorce...

«Nous sommes convaincus qu'un tel partenariat permettra un rapprochement entre nos deux cultures. Le tourisme est un axe de développement privilégié par Atikamekw Nehirowisiw et notre implication sera proactive et concrète» a mentionné le grand chef.

Les deux partenaires souhaitent ardemment l'implication de la SÉPAQ comme troisième partenaire dans le dossier. La SÉPAQ étudie présentement le dossier, mais on assure avoir un plan B.

«On pourrait y aller plus par petits morceaux avec des investissements moins majeurs avec le parc des Chutes comme entrée», a expliqué le directeur général de la Ville, Marco Lethiecq.

D'ailleurs, on a souligné que le projet qui a été présenté à Québec la semaine dernière est un peu différent de celui qui a été présenté lors du dépôt du premier plan d'action. On parle d'une première phase du projet «plus modeste» qui pourrait nécessiter des investissements de moins de 5 millions de dollars.

La passerelle suspendue au-dessus de la rivière n'est plus à l'agenda de la phase I du projet et la construction d'une auberge n'est plus une exigence requise dans la phase I. Un autre type d'hébergement dans le parc est à l'étude, de même qu'une autre façon de traverser la rivière pour les visiteurs.

«On conserve les attractions actuelles, Via Ferrata, camping, Tyrolienne, sentiers, etc. [...] C'est dans les phases subséquentes qu'on va développer davantage le parc avec d'autres infrastructures dépendamment si le parc des Trois Soeurs connaît un réel engouement et un réel succès. Nous sommes convaincus d'avoir un produit d'appel touristique très important qu'on doit exploiter, mais il faut le faire correctement», a mentionné Patrice Bergeron, le directeur du service de développement économique et forestier.

Le parc régional des Trois Soeurs occupe une superficie de 39,1 km. Il est situé sur la rive ouest de la rivière Saint-Maurice à une dizaine de kilomètres au sud du centre-ville de La Tuque. Il se trouve à la hauteur du km 96 au km 97 de la route 155.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer