Un pompier d'origine trifluvienne meurt en devoir

Un homme d'origine trifluvienne est décédé samedi dernier en combattant un... (THE CANADIAN PRESS)

Agrandir

THE CANADIAN PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un homme d'origine trifluvienne est décédé samedi dernier en combattant un incendie à Kingston, en Ontario. Patrick Pidgeon était âgé de 45 ans.

Le décès de Patrick Pidgeon a affecté les... (THE CANADIAN PRESS) - image 1.0

Agrandir

Le décès de Patrick Pidgeon a affecté les pompiers de Loyalist Township.

THE CANADIAN PRESS

Pompier volontaire pour le Loyalist Township Fire Department, il est décédé des suites de blessures subies alors qu'il combattait les flammes d'un incendie au troisième étage d'un édifice à logements. L'incendie se serait déclaré en fin d'après-midi samedi dans un immeuble d'Amherstview, une communauté située à l'ouest de Kingston. Le pompier a été transporté à l'hôpital, où il a succombé à ses blessures. Le bureau du commissaire des incendies de l'Ontario et le bureau du coroner enquêtent pour déterminer la cause de l'incendie et les circonstances de la mort du pompier.

Vétéran des forces armées canadiennes, Patrick Pidgeon a combattu outre-mer à trois reprises.

C'est à sa deuxième mission en Afghanistan qu'Olivier Binette-Légaré l'a connu. «J'ai vécu jour pour jour, heure pour heure, minute pour minute avec Pat pendant huit mois. C'était un leader naturel. L'expérience qu'il avait faisait en sorte que sa seule présence nous donnait confiance», se rappelle son compagnon d'armes.

L'immeuble où s'est produit le tragique accident. M.... (THE CANADIAN PRESS) - image 2.0

Agrandir

L'immeuble où s'est produit le tragique accident. M. Pidgeon aura combattu jusqu'à son tout dernier souffle. 

THE CANADIAN PRESS

Le pompier Patrick Pidgeon alors qu'il était dans... - image 2.1

Agrandir

Le pompier Patrick Pidgeon alors qu'il était dans l'armée.

Son expérience, Patrick Pidgeon ne l'a pas volée. Il a connu la guerre de Bosnie et les moments forts de celle d'Afghanistan en 2006-2007 où il était affecté au front. «Dans ce temps-là, la région était une vraie zone de guerre. Les affrontements faisaient partie du quotidien», ajoute M. Binette-Légaré.

Ce dernier se rappelle d'ailleurs d'une fois où le caporal Pidgeon lui a sauvé la vie. 

«Les Talibans nous avaient piégés. Je me dirigeais vers un point d'où j'allais pouvoir défendre mon équipe. C'est alors que Pat m'a crié: ''Binette, ici! Binette! ICI!''. Deux minutes après je réalisais que je me dirigeais tout droit sur une bombe. C'est une des fois où l'expérience de Pat m'a sauvé la vie», raconte le policier militaire.

Mais M. Pidgeon n'a pas été au front durant ses deux mandats en Afghanistan. Ayant oeuvré comme policier militaire à Kingston, il était responsable de former les policiers afghans en 2010. 

«On vivait dans un petit bureau de la police afghane au milieu de nulle part et Pat restait toujours positif et enthousiaste. C'était quelqu'un qui avait de la vie en lui et c'était contagieux même quand ça allait mal», raconte M. Binette-Légaré.

Patrick Pidgeon laisse dans le deuil sa femme Karen Green. «Sa femme avait un fils et il s'en est occupé comme si c'était le sien. Il lui a inculqué ses plus belles valeurs. Son dévouement envers le jeune prouve à quel point c'était quelqu'un de bien», concluait son camarade.

Les circonstances entourant sa mort ne manquent pas de prouver à quel point M. Pidgeon était prêt à défendre les siens. 

«Le service qu'a rendu Patrick aux résidents de la Loyalist Township représentait sa passion. Son service est un véritable témoignage de son caractère», affirmait le chef des pompiers de Loyalist Township, Fred Stephenson, à la Presse Canadienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer