Les crimes déclarés par la police ont augmenté en 2015

Des policiers examinent la scène de crime.... (Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Des policiers examinent la scène de crime.

Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La criminalité a augmenté au Canada en 2015, et ce, pour la première fois en 12 ans, a fait savoir mercredi Statistique Canada.

Non seulement le nombre de crimes déclarés par la police a augmenté l'an dernier, mais aussi l'Indice de gravité de la criminalité (IGC), calculé sur la base du volume ainsi que de la gravité des infractions criminelles. Pour les fins du calcul de l'indice, un meurtre se voit octroyer un chiffre plus élevé qu'un vol à l'étalage.

Les services de police - y compris les forces policières autochtones - ont déclaré près de 1,9 million d'infractions au Code criminel -excluant les délits de la route - en 2015, soit environ 70 000 affaires de plus qu'en 2014.

On constate que l'IGC a progressé de 5 % pour l'ensemble du Canada de 2014 à 2015, mais qu'il était malgré tout bien plus faible qu'en 2005. Il a ainsi baissé de 31 % sur cette période de 10 ans.

Le taux de criminalité au pays a pour sa part augmenté de 3 % depuis 2014.

Malgré ces augmentations nationales, l'IGC était globalement en baisse de 3 pour cent au Québec. Les crimes violents étaient par contre en hausse dans cette province en 2015.

«Mais au Québec, ça demeure un IGC beaucoup plus faible que dans les autres provinces», relève Yvan Clermont, directeur du Centre canadien de la statistique juridique à Statistique Canada.

En 2015, l'IGC du Québec s'établissait à 55,7, alors qu'il était de 102,3 en Alberta. Au pays, l'indice global était de 69,7, une baisse notable par rapport à son niveau de 118,8 en 1998.

Les données dévoilées mercredi par Statistique Canada ne font évidemment pas état des crimes qui n'ont pas été rapportés à la police par les victimes.

L'IGC a augmenté principalement en raison d'une hausse du nombre de cas de fraude, d'introduction par effraction, de vol qualifié et d'homicide. Mais il y a aussi eu une augmentation de la criminalité en Alberta et des hausses plus modestes en Colombie-Britannique, en Ontario et en Saskatchewan.

«Bien que le taux de criminalité ait augmenté en 2015, il affiche une tendance générale à la baisse depuis le début des années 1990, la seule autre hausse étant survenue en 2003», souligne Statistique Canada dans un communiqué.

Selon M. Clermont, l'augmentation de 2015 constitue «un fait rare dans une tendance à la baisse».

Les crimes qui ont le plus augmenté sont les tentatives de meurtre (plus 2 %) et les infractions au Code criminel liées aux armes à feu - utilisation, décharge et braquage (plus 22 %).

Au niveau des drogues, le taux d'infractions a fléchi de 9 % en 2015. Cette baisse est principalement attribuable à la réduction des crimes liés au cannabis et à la cocaïne. Par contre, les services de police ont déclaré une forte hausse du taux de possession, de trafic et de production de crystal meth (méthamphétamine, plus 25 %).

En 2015, l'Indice de gravité des crimes déclarés par la police a crû dans 8 des 13 provinces et territoires.

Il variait énormément d'une province à l'autre: les augmentations les plus prononcées sont survenues en Alberta (plus 18 %) et au Nouveau-Brunswick (plus 12 %), alors que l'Île-du-Prince-Édouard a vu une baisse (moins 10 %) tout comme la Nouvelle-Écosse (moins 7 %).

Les régions métropolitaines de recensement affichant les valeurs les plus faibles de l'IGC sont Québec (41,8), Barrie (43,3), Toronto (45,7), Ottawa (46,5), Guelph (48,4) et Sherbrooke (49,2).

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer