L'homme accusé des meurtres de Sara Baillie et de Taliyah Marsman comparaît

L'avocat d'Edward Downey, Gavin Wolch.... (Photo Jeff McIntosh, La Presse Canadienne)

Agrandir

L'avocat d'Edward Downey, Gavin Wolch.

Photo Jeff McIntosh, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Calgary

L'avocat de l'homme accusé du meurtre d'une mère et de sa fillette de cinq ans à Calgary craint que son client ne soit jugé sur la place publique plutôt que dans une salle d'audience.

«Nous avons un principe dans ce pays: les gens doivent être jugés dans un tribunal par leurs pairs. Nous aimerions que cela se passe ainsi», a déclaré Me Gavin Wolch, peu après la brève comparution en circuit fermé de son client Edward Downey, mercredi.

L'homme a comparu près d'une semaine après avoir été formellement accusé du meurtre prémédité de Sara Baillie et de la petite Taliyah Marsman.

Au cours de sa comparution, l'accusé a regardé droit devant lui. Il est ensuite sorti de la salle d'un pas déterminé.

Me Wolch a indiqué mercredi qu'il souhaitait procéder rapidement dans ce dossier.

Il a dit s'inquiéter de la somme d'informations qui ont déjà circulé dans les médias à propos de son client, notamment son passé criminel et les images de lui, en combinaison bleue, le soir où la police a annoncé sa mise en accusation.

«Je peux vous dire qu'il n'était pas en liberté conditionnelle lorsqu'il a été accusé, a affirmé l'avocat. Nous voulons que ce procès se déroule selon la procédure établie.»

L'accusé doit comparaître à nouveau le 3 août.

Mme Baillie, âgée de 34 ans, avait été retrouvée sans vie dans son logement de Calgary le 11 juillet. Comme sa fille de cinq ans demeurait introuvable, une alerte Amber nationale avait été déclenchée en fin de soirée.

Le corps de la petite Taliyah a été retrouvé trois jours plus tard dans une zone rurale à l'est de Calgary.

Cérémonie

Les funérailles de la mère et de la fille seront célébrées jeudi.

Selon la notice nécrologique, Sara Baillie était «une mère dévouée dont l'amour pour Taliyah était indéfectible».

«Elles étaient inséparables et étaient toujours ensemble pour danser, jouer et rire. Taliyah venait d'apprendre à monter à vélo et était fière d'avoir terminé la maternelle. Petite fille rigolote, Taliyah n'a jamais quitté la maison sans emporter avec elle son sac à main rempli de lotions et de rouges à lèvres. Sara et Talyah étaient le soleil et le coeur de leur famille; nous ne pouvons pas imaginer ce que traverse cette dernière.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer