2000 $ d'amendes pour Réjean Fréchette

Palais de justice de Trois-Rivières... (Photo: Francois Gervais)

Agrandir

Palais de justice de Trois-Rivières

Photo: Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Réjean Fréchette, un entrepreneur en construction de Nicolet, devra payer 2000 $ en amendes pour des infractions liées aux armes à feu et aux stupéfiants.

Lors de son retour devant le tribunal jeudi, il a en effet plaidé coupable aux cinq chefs d'accusation portés contre lui. D'une part, il a admis avoir entreposé illégalement des armes à feu, d'avoir possédé une carabine semi-automatique sans avoir les permis obligatoires, d'avoir possédé un dispositif prohibé, c'est-à-dire un chargeur à grande capacité et d'avoir eu en sa possession une arme prohibée, soit un couteau à ouverture à ressort. Enfin, il a enregistré un plaidoyer de culpabilité sur un chef de possession d'une trentaine de comprimés de méthamphétamine.

La procureure de la Couronne, Me Nathalie Jomphe, et l'avocat de la défense Me Michel Lebrun avaient par ailleurs convenu de soumettre une suggestion commune de sentence. Celle-ci a été entérinée par le juge Jacques Lacoursière. Réjean Fréchette devra donc payer 400 $ d'amendes pour chaque chef. Il lui sera également interdit d'avoir des armes pendant les cinq prochaines années.

Rappelons que le 22 mars dernier, les policiers du poste de la MRC Nicolet-Yamaska, assistés du groupe tactique d'intervention et du service des enquêtes sur les crimes majeurs, avaient procédé à une perquisition dans sa demeure de Nicolet. Celle-ci faisait suite à un signalement concernant la présence d'armes à feu. Les forces de l'ordre y avaient bel et bien saisi des armes, des munitions, de l'équipement de surveillance et une petite quantité de stupéfiants.

Fréchette est certes connu des milieux policiers mais il constitue un actif pour la société. Une soixantaine d'employés seraient sous sa responsabilité. C'est du moins ce qui a été plaidé, jeudi, par Me Simon Ricard, l'associé de Me Lebrun. Il a aussi précisé que le prévenu n'avait pas d'antécédents judiciaires et qu'il s'agissait d'un événement isolé. Ses armes ont cependant été confisquées et détruites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer