William Labranche: requête pour procès séparés

William Labranche... (Facebook)

Agrandir

William Labranche

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) William Labranche, cet individu accusé d'avoir violemment agressé sexuellement deux femmes, a entrepris des procédures pour obtenir deux procès séparés et non un seul comme prévu.

Dans cette cause, la procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet, a en effet joint les actes d'accusations concernant les deux plaignantes afin qu'un seul procès soit tenu. À cette occasion, elle entend d'ailleurs faire une preuve de faits similaires sur les agissements de William Labranche à l'égard des deux présumées victimes mais aussi d'une troisième femme qui a, par contre, refusé de porter plainte aux autorités.

Or, l'avocate de la Défense, Me Pénélope Provencher, s'y oppose. En ce sens, elle a présenté une requête, mardi, devant le juge Jacques Trudel pour obtenir la tenue de deux procès. Elle soutient entre autres qu'il n'y a pas de similitudes frappantes entre les deux trames d'événements, que le contexte des relations était différent et que certains délits reprochés à son client n'auraient pas été commis envers les trois femmes.

Qui plus est, la défense qu'elle présentera ne sera pas la même pour les deux plaignantes. Elle a aussi insisté sur le préjudice que la tenue d'un seul procès et d'une preuve de faits similaires risquaient de causer pour son client en rappelant qu'il s'agissait de deux périodes et deux plaignantes totalement différentes.

La Couronne est d'un tout autre avis. Pour Me Paquet, il est clair que le prévenu avait la même signature et le même mode d'emploi lorsqu'il a agressé les deux plaignantes et ce, peu importe la durée de leurs fréquentations. Elle a d'ailleurs donné plusieurs exemples précis des gestes sexuels posés par Labranche sur les jeunes femmes en rappelant qu'elles ne se connaissaient pas.

Enfin, Me Paquet s'est interrogée sur le bien fondé de la requête de la Défense compte tenu de la longueur des délais à prévoir. Selon elle, s'il devait y avoir deux procès, il faudrait prévoir une durée de deux à trois semaines pour chaque procès puisqu'elle devra présenter deux fois la même preuve. En ce sens, elle a déploré les coûts, le temps et les énergies déployés de même que le courage que cela nécessitera aux présumées victimes de témoigner deux fois. Pour sa part, Me Provencher prévoit plutôt que la durée de chaque procès serait d'une semaine, ce qui équivaut à un seul procès de deux semaines.

Rappelons que William Labranche fait face à plus d'une trentaine de chefs d'accusation. Dans un premier temps, il aurait agressé sexuellement et violenté une jeune femme à plusieurs reprises entre 2011 et 2014. Les accusations portées dans cette cause sont agressions sexuelles armées, agressions sexuelle causant des lésions, voies de fait armées dont deux avec un fouet, voies de fait simples, séquestrations, menace de mort, introduction par effraction, méfait, trafic de drogue et possession pour fins de trafic entre autres.

En ce qui concerne l'autre plaignante, les faits reprochés seraient survenus entre le 19 et 21 avril 2015. On l'accuse d'agression sexuelle, agression sexuelle causant des lésions, voies de fait, agression armée, séquestration, menaces, possession de marijuana et de cocaïne. Certains faits qui lui sont reprochés auraient même été commis dans un café de Trois-Rivières en présence d'employées. Le juge Trudel pourrait rendre une décision le 15 juillet, à savoir s'il permet ou non la tenue de procès séparés. Sinon, sa décision sera reportée au début d'août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer