Meurtre de Cédrika Provencher: «Je suis confiant que justice soit faite»

Cette photo prise mardi en fin d'après-midi montre... (François Gervais)

Agrandir

Cette photo prise mardi en fin d'après-midi montre des membres de la SQ avec des sacs contenant possiblement des preuves.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Si la police y est retournée, on peut présumer que c'est parce que ça devait valoir la peine. Je suis confiant que l'individu puisse se faire pincer, que justice soit faite même si je n'entretiens pas de sentiment de vengeance. Je suis convaincu que le dossier sera réglé. Ça prendra le temps qu'il faut.»

Martin Provencher, le père de Cédrika, s'est adressé... (Archives Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Martin Provencher, le père de Cédrika, s'est adressé aux médias pour la première fois mardi depuis la découverte de restes humains de sa fille. 

Archives Le Nouvelliste

Martin Provencher réagit positivement à la reprise des recherches de la Sûreté du Québec concernant le dossier de sa fille. La découverte de restes humains de Cédrika Provencher, en décembre, avait amené la police à lancer une vaste opération de recherches. Celle-ci était de retour sur les lieux, mardi, forte de nouvelles informations qualifiées de crédibles par le corps policier.

Une vingtaine de policiers spécialisés dans ce type de recherche étaient aux limites de Saint-Maurice et de Trois-Rivières mardi matin. Ils étaient accompagnés d'une quinzaine d'autres membres de la SQ (enquêteurs, service d'identité judiciaire, laboratoire de sciences judiciaires et service légal) afin de réaliser des recherches.

L'envergure de l'opération policière en décembre avait entraîné la réception de nombreuses informations. La SQ a vérifié chaque piste et c'est ce qui a conduit le corps policier à entreprendre de nouvelles recherches, mardi, une situation qui «satisfait» Martin Provencher.

«À la suite de la découverte des ossements de Cédrika, il en entrait, des informations. La police en demande encore. C'est un puzzle auquel il manque quelques morceaux et ça entre tranquillement. C'est important de donner toute information à la police, aussi petite qu'elle peut être. C'est probablement l'information qui manque», déclare M. Provencher, qui s'adressait aux médias pour la première fois depuis la découverte des restes humains de sa fille.

Cette nouvelle opération policière est toutefois indépendante de celle menée en décembre, souligne le capitaine Guy Lapointe.

«On n'est pas venu ici pour compléter le travail. Il y a de nouvelle informations qui ont été reçues qui nous amènent à venir ici», déclare le porte-parole de la SQ», en spécifiant que le travail de recherches effectué en décembre avait été fait à la satisfaction du corps policier.

Plus de détails mercredi dans Le Nouvelliste

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer