Un mois de prison en discontinu pour Simon Kean

Simon Kean... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Simon Kean

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le boxeur Simon Kean devra purger trente jours de prison en discontinu, les fins de semaine, en lien avec les accusations de bris de probation pour lesquelles il avait plaidé coupable en mars dernier. C'est la sentence qui a été rendue par le juge Jacques Trudel, vendredi matin, au terme des plaidoiries sur sentence dans son dossier.

On se souviendra que Kean, qui a représenté le Canada aux Jeux olympiques de Londres en 2012, était en probation à la suite d'une peine de dix mois de prison qu'il avait reçue en février 2014 pour voies de fait causant des lésions corporelles et menaces de mort. En décembre 2014 et avril 2015, il a toutefois été vu à deux reprises par des policiers alors qu'il se trouvait dans un bar ou à proximité d'un bar et qu'il y avait consommé de l'alcool, ce qui lui était interdit. Kean a reconnu ces faits et plaidé coupable en mars dernier.

La Couronne réclamait une peine de trois mois de prison à purger de façon discontinue. La défense, pour sa part, suggérait une amende et une probation, mais proposait, advenant une peine d'emprisonnement, qu'elle soit purgée dans la collectivité afin de permettre au boxeur de poursuivre sa carrière.

Son avocat, Me Jean-François Lauzon, a notamment fait remarquer que tous les événements négatifs dans la vie de Kean s'étaient produits avant qu'il ne signe un contrat chez les professionnels, avec le promoteur «Eye of the tiger» en octobre dernier, qu'il s'était maintenant repris en main, était beaucoup mieux encadré à son entraînement et démontrait du sérieux dans sa démarche, lui qui a non seulement fondé une entreprise de réparation de toitures et qui s'implique de façon active pour la Société canadienne de la sclérose en plaques, une maladie qui a emporté son père il y a plusieurs années.

La Couronne, pour sa part, a reconnu que l'homme s'était repris en main, mais qu'il cumulait en tout et partout 15 antécédents en matière de bris de conditions et que, malgré le bon encadrement dont il pouvait bénéficier, il n'appartenait qu'à lui et pas à personne d'autre de respecter ses conditions. La procureure a également fait valoir que les amendes imposées à Kean depuis 2014 n'avaient toujours pas été remboursées en totalité, et qu'il était donc difficile de croire qu'il serait en mesure de rapidement régler le paiement d'une nouvelle amende. Dans de telles circonstances, une peine d'emprisonnement en discontinu devenait plus dissuasive qu'une peine de prison dans la collectivité.

Le juge s'est notamment basé sur un rapport présentenciel qui concluait notamment que Kean évaluait peu les conséquences de ses actes et qu'il avait tendance à banaliser le processus judiciaire. Le rapport faisait également état d'une attitude quelque peu égocentrique de la part du boxeur et le juge Trudel a suggéré qu'il serait peut-être bon qu'il entreprenne un travail en consultation psychologique pour comprendre la nature de son comportement.

Il a toutefois souligné le grand potentiel de sa carrière au niveau professionnel et l'importance de se responsabiliser face à de tels engagements, et s'est dit fort intéressé par un projet mené par le boxeur en lien avec des conférences données dans les écoles sur la boxe et les effets bénéfiques sur sa vie.

Simon Kean devra également accomplir 160 heures de travaux communautaires d'ici les dix prochains mois, en plus de se soumettre à une probation de deux ans suivant sa peine d'emprisonnement. Une probation qui, s'il respecte ses engagements, ne l'empêchera pas de poursuivre sa carrière de boxeur professionnel, qui a connu un début prometteur, avec cinq victoires à ses cinq premiers combats, dont le dernier par K-O le 27 mai dernier contre Daniel Cota, à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

Kean n'a pas souhaité s'adresser aux médias à sa sortie du tribunal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer