Présumée tentative d'enlèvement: un malentendu

Le centre commercial Les Rivières... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le centre commercial Les Rivières

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La présumée tentative d'enlèvement au centre commercial Les Rivières, samedi, ne serait en fait qu'un immense malentendu. Les policiers de la Sécurité publique ont rencontré, lundi après-midi, la dame qui aurait été perçue comme une présumée kidnappeuse, et qui a pu donner sa version des faits.

Rappelons que samedi, une mère de Trois-Rivières a exposé sur les réseaux sociaux qu'une dame avait tenté de soulever sa fille, qui se trouvait alors sous la supervision de son grand-père, au centre commercial Les Rivières. La suspecte aurait prétendu que c'était sa petite-fille qu'elle venait de retrouver. Heureusement, le grand-père est intervenu en lui indiquant qu'il s'agissait d'une erreur et est reparti avec sa petite-fille.

Selon l'agent Michel Letarte, de la Sécurité publique, la dame aurait vu que l'histoire prenait des proportions inimaginables sur les réseaux sociaux, et a souhaité se rendre elle-même au poste de police pour expliquer l'origine du malentendu.

La dame, qui se trouvait au centre commercial, aurait aperçu la petite fille et, la croyant seule, a regardé autour pour voir si un adulte se trouvait avec elle. À proximité, elle a vu une femme avec une poussette et a cru que la petite venait de débarquer de la poussette sans que sa mère ne s'en rende compte. Elle a alors tenté de soulever la petite fille en criant: «Madame, votre petite fille», rapporte sa déposition.

Par la suite, le grand-père de l'enfant s'est interposé en signifiant qu'il s'agissait plutôt de sa petite-fille à lui.

«Il semble vraiment qu'un énorme malentendu soit à l'origine de tout ça, et qu'avec la perception et les impressions de chacun, on en soit venu à conclure qu'il s'agissait d'une tentative d'enlèvement», explique l'agent Michel Letarte.

Toutefois, à la suite de la publication de cette histoire sur Facebook, deux autres cas ont été rapportés à la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Dans le premier cas, survenu une semaine plus tôt, une dame aurait approché un jeune garçon qui se trouvait avec sa mère aux Galeries du Cap. Selon la déposition, la dame aurait mis la main sur l'épaule du garçon, mais la mère aux aguets s'est rapidement éloignée avec son fils.

Finalement, un troisième événement a été rapporté dimanche soir à la Sécurité publique de Trois-Rivières concernant une jeune fille qui se trouvait au parc de la rue Jean-Paul-Lavergne, et qui aurait été interpellée, elle et son groupe d'amis, par une femme de race blanche qui était accompagnée par un homme de race noire. Les événements seraient survenus samedi, et la jeune fille a vite repris le chemin de la maison.

Michel Letarte confirme que l'enquête se poursuit tout de même dans deux autres dossiers, mais qu'on ne peut actuellement faire aucun lien entre ces deux dossiers.

«On doit encore faire des vérifications dans ces deux dossiers. Mais on sait que si l'histoire des Rivières n'avait pas été publiée sur les réseaux sociaux, l'histoire des Galeries du Cap ne serait peut-être jamais parvenue à nos oreilles. On a plusieurs vérifications à faire, mais de notre côté, on est loin de conclure qu'on a une kidnappeuse sur le territoire en ce moment», ajoute Michel Letarte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer