Présumée tentative d'enlèvement: la police fait enquête

Le centre commercial Les Rivières... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le centre commercial Les Rivières

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Sécurité publique de Trois-Rivières confirme qu'elle mène actuellement des vérifications dans trois dossiers différents en ce qui concerne des présumées tentatives d'enlèvement à Trois-Rivières, la fin de semaine dernière. Toutefois, la Sécurité publique se fait rassurante indiquant qu'on ne peut pour le moment confirmer qu'il s'agit de tentatives d'enlèvement, et qu'il est encore beaucoup trop tôt pour pouvoir faire un lien entre les trois événements.

Rappelons que samedi, une mère de Trois-Rivières a exposé sur les réseaux sociaux qu'une dame avait tenté de soulever sa fille, qui se trouvait alors sous la supervision de son grand-père, au centre commercial Les Rivières. La suspecte aurait prétendu que c'était sa petite-fille qu'elle venait de retrouver. Heureusement, le grand-père est intervenu en lui indiquant qu'il s'agissait d'une erreur et est reparti avec sa petite-fille.

«Nous avons pris une déposition pour cet événement, et pour un autre qui serait survenu le 5 juin dernier au Galerie du Cap. La mère dans ce deuxième cas nous a avisé des faits après avoir pris connaissance de la première histoire sur les réseaux sociaux», explique l'agent Michel Letarte, de la Sécurité publique. Dans ce cas, survenu une semaine plus tôt, une dame aurait approché un jeune garçon qui se trouvait avec sa mère. Selon la déposition, la dame aurait mis la main sur l'épaule du garçon, mais la mère aux aguets s'est rapidement éloignée avec son fils.

Finalement, un troisième événement a été rapporté dimanche soir à la Sécurité publique de Trois-Rivières concernant une jeune fille qui se trouvait au parc de la rue Jean-Paul-Lavergne, et qui aurait été interpellée, elle et son groupe d'amis, par une femme de race blanche qui était accompagnée par un homme de race noire. Les événements seraient survenus samedi, et la jeune fille a vite repris le chemin de la maison.

«Nous devons vérifier certaines choses en lien avec les descriptions fournies. Dans un cas, on nous parle d'une dame de 35-40 ans. Dans l'autre cas, ce serait une dame dans la cinquantaine. Il peut y avoir des interprétations, des perceptions dont il faut aussi tenir compte. Les façons de faire dans les trois cas ne correspondent pas forcément, mais il y a plusieurs éléments à vérifier avant de conclure à une tentative d'enlèvement. Un de nos enquêteurs est sur le dossier et nous allons aussi faire des vérifications auprès des centres commerciaux où se sont produits les événements», explique l'agent Michel Letarte.

Dans tous les cas, l'agent Letarte félicite les parents d'avoir eu le réflexe d'aviser la Sécurité publique. «C'est la chose à faire. Nous allons travailler à identifier ces personnes et pousser un peu plus loin. Mais on ne peut pas conclure à une tentative d'enlèvement aussi tôt», rapporte l'agent Letarte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer