Policiers brûlés au Manoir Antic: une poursuite de 430 000 $ intentée

Le resto-pub Manoir Antic, à Champlain, où des... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le resto-pub Manoir Antic, à Champlain, où des clients ont subi des brûlures importantes.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Une poursuite de tout près de 430 000 $ vient d'être intentée contre le restaurant Manoir Antic de Champlain ainsi que Stéphane Chorel, un résident de Champlain, en lien avec l'accident survenu le 8 novembre 2014 dans lequel plusieurs clients de l'établissement, dont le président de l'Association des policiers et pompiers de Trois-Rivières, Louis Lesage, avaient subi des brûlures en raison d'un poêle à fondue.

Le président de l'Association des policiers et pompiers... (Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

Le président de l'Association des policiers et pompiers de Trois-Rivières, Louis Lesage, avait été gravement brûlé à la suite de l'incident, survenu le 8 novembre 2014. Il fait partie des six demandeurs dans ce dossier. 

Sylvain Mayer

Dans la demande en justice introductive de l'instance déposée cette semaine au greffe civil du palais de justice de Trois-Rivières, on comprend un peu mieux ce qui se serait produit lors de ce souper, où six personnes dont trois policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont subi des brûlures après ce qui avait été qualifié d'explosion d'un poêle à fondue. Rappelons par ailleurs qu'à la suite de ses blessures, Louis Lesage avait été plongé dans un coma artificiel pendant 19 jours, et avait séjourné près d'un mois au Centre des grands brûlés de Québec.

Selon la poursuite, il semble que le défendeur, Stéphane Chorel, qui était attablé avec le groupe, se serait procuré un bidon de quatre litres de combustible dans le restaurant et qu'il aurait lui-même versé le combustible dans les brûleurs à fondue alors que ceux-ci étaient encore très chauds ou en fonction. C'est à la suite de ce geste que se serait produit ce qui a été qualifié d'explosion au moment des faits, alors que du combustible en flamme aurait éclaboussé les personnes sur place.

«La conduite du défendeur Stéphane Chorel fut empreinte de légèreté, d'imprudence et de négligence sévère, ce qui a provoqué un accident qui eut pour conséquence d'occasionner au demandeur des brûlures sévères de même que de nombreux dommages, troubles, ennuis et inconvénients qui auraient pu facilement être évités avec des mesures élémentaires de précautions et de souci pour la sécurité d'autrui», peut-on lire dans chacune des requêtes des six demandeurs.

Ces derniers déplorent également que le propriétaire et le personnel de l'établissement n'aient pas veillé à protéger leurs clients contre les conséquences du comportement dangereux des autres clients. «À titre de tenancier, (le Manoir Antic) avait l'obligation de maintenir l'ordre et de protéger la clientèle contre un client agissant de façon aussi imprudente et dangereuse», stipule également la requête.

Outre Louis Lesage, cinq autres personnes ont entamé des poursuites, ayant chacune subi à divers degrés des brûlures qui ont nécessité, dans certains cas, un transport au Centre des grands brûlés de Québec, et dans d'autres cas une hospitalisation au Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR). Les demandeurs plaident également avoir tous subi un choc émotionnel à la suite des événements.

Par conséquent, Louis Lesage réclame la somme de 172 874,26 $ pour les dommages subis. Les autres requêtes sont formulées par Sylvain Routhier (95 650 $), Éric Quessy (68 145 $), Dany Gosselin (36 977 $), Éric Neault (35 000 $), ainsi que Stéphane Garceau (21 000 $).

Selon la requête, les défendeurs ont maintenant 15 jours pour y répondre, à défaut de quoi un jugement par défaut pourrait être rendu sans autre avis. On peut d'ailleurs comprendre dans le document que deux mises en demeure avaient été envoyées dans ce dossier, soit les 9 février et 15 octobre 2015, et qu'à deux reprises, les défendeurs n'ont pas répondu ou ont refusé de payer la somme réclamée par les demandeurs. Joint par téléphone vendredi, Louis Lesage a préféré ne pas émettre de commentaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer