Entrave envers des policiers: absolution inconditionnelle pour trois individus

Trois des sept individus arrêtés en lien avec une bagarre au centre-ville de... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Trois des sept individus arrêtés en lien avec une bagarre au centre-ville de Trois-Rivières dans la nuit du 8 au 9 août 2014 ont bénéficié d'absolution inconditionnelle pour des gestes portés à l'encontre des policiers alors que trois autres ont été acquittés.

Dans le cadre de leur enquête préliminaire qui s'est déroulée plus tôt cette semaine, Christophe Arnaud Caron, Frédéric Jordan Caron et Sasha Williams Caron ont en effet décidé de plaider coupable à certains chefs d'accusation portés contre eux.

Dans le cas de Christophe, il a admis s'être livré à des voies de fait sur un policier et d'avoir posé des gestes d'entrave. Frédéric et Sasha ont pour leur part plaidé coupable à des chefs d'entrave. En ce qui concerne les autres accusations portées contre eux, la Couronne a déclaré ne pas avoir de preuves suffisantes à offrir.

La juge Guylaine Tremblay s'est ensuite rendue aux arguments des avocats de la défense en acceptant de leur faire bénéficier d'une absolution inconditionnelle.

À ce sujet, Me Matthieu Poliquin, qui défendait Sasha Williams Caron et Christophe Arnaud Caron, explique que ses clients n'avaient aucun antécédent judiciaire, qu'ils sont des actifs pour la société et qu'ils ont des projets d'avenir viables.

Ils étaient alors sous l'emprise de l'alcool et cet événement est circonstanciel. Qui plus est, ils ont toujours respecté leurs conditions de remise en liberté depuis leur arrestation. Ils ont donc été absous en contrepartie de dons.

Quand à Michael Cherrier (également défendu par Me Poliquin), Jérémie Lagrange (Me Simon Ricard) et Dany Martin Paul (Me Jean-Claude Lagacé), ils ont pour leur part été acquittés.

Il reste maintenant le dossier de Francis Martin Paul. Ce dernier a plaidé coupable à un chef de voie de fait causant des lésions corporelles. Un rapport présentenciel a été demandé. Les plaidoiries sur la peine ont été reportées au 20 septembre.

Rappelons que les sept individus, tous de Drummondville, avaient été arrêtés à la suite d'une bagarre qui avait dégénéré dans la nuit du 8 au 9 août, sur la rue Royale, au centre-ville de Trois-Rivières.

Ils s'étaient tout d'abord bagarrés avec d'autres jeunes dans le stationnement de la pharmacie Jean Coutu pour ensuite prendre la fuite. Ils avaient cependant été interpellés peu de temps après.

C'est à ce moment que la situation avait dégénéré.

Les prévenus s'en étaient pris aux policiers qui voulaient les identifier en lien avec la bagarre précédente. Ils avaient posé des gestes d'entrave, poussant les policiers à utiliser les bâtons télescopiques pour se défendre. Des agents avaient même subi des blessures légères.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer