Kevin Gosselin Robitaille: 16 nouvelles victimes de fraude pour plus d'un million $

Kevin Gosselin Robitaille...

Agrandir

Kevin Gosselin Robitaille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Pas moins de 22 nouveaux chefs d'accusation ont été portés, mercredi, contre Kevin Gosselin Robitaille pour des fraudes totalisant 1 million $ qui auraient été commises sur une quinzaine de personnes dont des membres de sa famille.

Ces nouveaux délits qui lui sont reprochés seraient survenus entre le 7 décembre 2010 et le 30 mai 2016. Plus spécifiquement, le jeune homme aurait recommencé ou plutôt continué à frauder avant même de recevoir sa sentence de six ans de pénitencier le 10 décembre 2010. Il était alors en détention préventive.

On sait qu'il avait été reconnu coupable dans le passé d'avoir fraudé une quinzaine d'agriculteurs pour plus de 4 millions $ entre 2005 et 2009. Il avait ensuite été arrêté et n'avait jamais pu recouvrer sa liberté. Compte tenu de sa détention préventive, il avait donc dû purger quatre ans de pénitencier. Il avait été libéré d'office en 2014 mais sous conditions.

L'enquête policière de la Sûreté du Québec tend à démontrer qu'il aurait donc continué à flouer des gens à partir de la prison où il était incarcéré. Il aurait poursuivi son petit manège lorsqu'il a pu reprendre sa liberté, et ce, jusqu'à son arrestation le 30 mai dernier.

Cette fois-ci par contre, il aurait surtout ciblé des membres de sa famille comme son père, sa soeur et son grand-père mais aussi des proches, une ex-copine et des amis.

Parmi ses 16 présumées victimes, les plus importantes seraient ce couple d'agriculteurs de Saint-Paulin qui, à lui seul, aurait été floué de 600 000 $.

Comme l'a précisé Me Annie Vanasse, procureure de la Couronne, son stratagème consistait à faire des propositions d'affaires à des particuliers dans le secteur immobilier notamment ou même à faire des flips.

En cours de route, il aurait par contre été pris à son propre piège: il aurait été contraint de prendre une partie de l'argent que des gens lui versaient pour la redonner à d'autres qui commençaient à s'impatienter.

À la lumière de la preuve qu'elle a recueillie, Me Vanasse a donc autorisé 22 nouveaux chefs d'accusation. Parmi ceux-ci, on dénombre 11 chefs de fraudes de plus de 5000 $ et quatre autres d'une valeur de moins de 5000 $ contre 16 personnes.

On reproche aussi au prévenu d'avoir obtenu frauduleusement du crédit de quatre institutions financières (MBNA, la Banque de Montréal, la Banque nationale et la Banque royale) en 2014 pour un montant de 56 000 $.

Entre juin 2014 et mai 2016, il aurait également utilisé des faux documents soit des chèques et des lettres et se serait fait passer pour son père pour pouvoir frauder.

Dans le cadre de sa nouvelle comparution mercredi, il était représenté par son avocat Me Jean-François Lauzon. Le suspect est présentement incarcéré puisque la Couronne s'est objectée à sa remise en liberté. Le dossier a été remis au 20 juin pro forma au palais de justice de Shawinigan.

En bout de ligne, le prévenu aurait fait 17 victimes depuis 2010, sans compter les institutions financières, pour un montant dépassant le million $.

Rappelons que la Sûreté du Québec avait procédé à son arrestation le 30 mai pour une fraude de 65 000 $ commise à l'endroit d'un homme entre le 1er septembre 2015 et le 30 mai 2016 à Shawinigan et une fraude d'environ 1000 $ le 25 novembre 2015 pour avoir fait un chèque sans provisions. C'était d'ailleurs cette affaire de chèque qui avait permis de déclencher l'enquête policière sur le prévenu et de mettre à jour les autres présumées fraudes.

Entre 2005 et 2009, il avait floué des agriculteurs en se faisant passer pour un haut fonctionnaire fédéral, allant même jusqu'à présenter des photos de lui avec Jean Chrétien.

Il promettait des subventions importantes en retour d'investissements, mais ces fameuses subventions n'avaient jamais été versées aux victimes. Grâce à l'argent récolté, Gosselin Robitaille avait ainsi pu mener une vie de millionnaire. Il avait alors 25 ans. Il avait ensuite écopé de la peine de six ans de prison.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer