Une pelle mécanique tombe sur une voiture: un boulevard trop achalandé?

La pelle mécanique est tombée sur la voiture... (François Gervais)

Agrandir

La pelle mécanique est tombée sur la voiture de la conductrice qui roulait en sens inverse.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Une conductrice de 44 ans a miraculeusement survécu à un accident vendredi matin sur le boulevard des Acadiens, dans le secteur Saint-Grégoire, à Bécancour, quand une pelle mécanique est tombée d'un camion remorque venant en sens inverse. Même si ce genre de collision n'est pas monnaie courante sur ce tronçon de la route 132, ce dernier accrochage tant inusité que spectaculaire est venu remettre à l'avant-scène le prolongement de l'autoroute 30 pour désengorger l'axe routier est-ouest.

Selon la directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec, Martine Pépin, dont les bureaux sont à proximité de l'accident, «cela viendrait soulager un trafic sans cesse croissant». «Ce n'est pas un secteur plus dangereux, mais de plus en plus achalandé, au point où je ne suis pas capable de travailler avec les fenêtres ouvertes. Et quand on sort aux heures de pointe, c'est dangereux», a-t-elle confié.

L'une de ses employées, Émilie Charest, était au travail lorsqu'un bruit sourd est venu la déranger. «J'ai enlevé mes écouteurs, je me suis levée, et j'ai aperçu les gyrophares par la fenêtre. Je croyais qu'on était en train de faire des travaux et je n'ai pas pensé que la pelle mécanique avait tombée», a raconté cette conseillère en gestion des matières résiduelles, qui s'est ensuite rendue sur les lieux pour constater l'ampleur des dégâts.

D'ailleurs, les pinces de désincarcération ont été nécessaires pour dégager la femme de son véhicule. Malgré de sérieuses blessures, son état s'était stabilisé et on ne craignait plus pour sa vie quelques heures après l'accident. La route fut fermée jusque vers 13 h pour permettre l'enquête des contrôleurs routiers en ce qui concerne le camion et de la Sûreté du Québec pour la scène de collision. Plusieurs causes pourraient être envisagées, du simple accident à un problème relevant du respect de normes de sécurité.

«Vers 7 h 35, un camion avec une remorque transportant une pelle mécanique circulait en direction est sur le boulevard des Acadiens, dans la zone de 50 km/h. Pour une raison encore inconnue, le camion a perdu son chargement, donc la pelle mécanique est tombée en voie inverse sur le véhicule de la dame qui s'en allait en direction ouest», a expliqué au Nouvelliste la sergente Annie Thibodeau, de la SQ.

Rencontré sur place, le camionneur rattaché à une entreprise de Pierreville était visiblement sous le choc. Celui qui se dirigeait vers Trois-Rivières pour y livrer l'excavatrice assure «que rien n'était brisé» lors du chargement la veille.

Ce chauffeur d'expérience disait suivre deux véhicules quand le premier a fait un «clignotement à la dernière minute», pour tourner sur l'avenue Bergeron, et que le second s'est alors arrêté soudainement. C'est à ce moment qu'il a vu «la machine partir», sans jamais apercevoir «la petite auto».

«Ce serait moins dangereux s'ils faisaient la 30», a affirmé l'un des résidents des environs, et ce, de longue date, Maurice Janelle. Sa conjointe, Marie-Claire Lemire, se rappelle qu'un véhicule avait déjà percuté le poteau situé en bordure de la route, mais il y a plusieurs années.

L'accident est survenu sur le boulevard des Acadiens,... (François Gervais) - image 4.0

Agrandir

L'accident est survenu sur le boulevard des Acadiens, à proximité du coin de l'avenue Bergeron. 

François Gervais

Selon le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, tant le boulevard des Acadiens que le boulevard de Bécancour sont deux routes «bien remplies». Mais le prolongement de l'autoroute 30 est «un dossier lié à une décision du ministère des Transports essentiellement basé sur les critères de base de circulation». Et jusqu'à présent, le flot de circulation ne justifierait pas encore de modifier les axes autoroutiers.

«Mais le trafic augmente tout le temps. Et avec des chantiers importants qui décollent, c'est le grand temps d'y penser. Le type de trafic de la 55 est pan québécois tandis que celui de la 30 est plus local. Ce sont deux choses importantes sur lesquelles le ministère devrait se pencher tout de suite», croit néanmoins le premier magistrat. 

Pour le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, c'est la notion de sécurité qui doit toujours primer. «La 132 à Saint-Grégoire est problématique», admet-il.

Donnant l'exemple du prolongement de la 55 qui fut longtemps réclamé, il aura fallu à un moment donné, dit-il, une décision du ministre délégué aux Transports qui, à l'époque, était Jacques Baril. «La 30, les libéraux l'ont promise à toutes les campagnes électorales, ils sont là depuis 15 ans, ils ne l'ont jamais faite. Je n'ai vraiment pas d'espoir à ce que le Parti libéral la fasse», a conclu le représentant caquiste.

En collaboration avec Marie-Josée Montminy

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer