Incendie: Louiseville veut appuyer la relance

L'incendie de deux bâtiments laisse un trou béant... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'incendie de deux bâtiments laisse un trou béant en plein coeur du centre-ville de Louiseville.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La famille Lygitsakos pourra compter sur l'appui financier de la Ville de Louiseville si jamais elle décide de relancer les activités du restaurant El Greco.

Les débris sont nombreux sur le terrain de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Les débris sont nombreux sur le terrain de l'ancien restaurant El Greco.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Deux jours après l'incendie qui a détruit le restaurant familial et le bâtiment commercial voisin, les lieux ne sont plus que des ruines. Les deux bâtiments ont été démolis lundi, laissant un tas de débris de toutes les sortes en plein coeur du centre-ville.

Yvon Deshaies était présent, mardi matin, devant le spectacle désolant qui se déroulait sous ses yeux. Tout vêtu de noir, le maire de Louiseville affirme que le conseil est prêt à faire sa part pour la renaissance du El Greco, un commerce qui existe depuis 45 ans et qui employait une vingtaine de personnes.

«Je souhaite que ça reparte. Et on va les accompagner. Ils le savent. Je leur ai parlé ce matin (mardi). Quand ils seront prêts, ils n'auront qu'à nous appeler.»

La Ville a à sa disposition des fonds d'aide aux entreprises. De plus, la famille Lygitsakos pourrait bénéficier d'un congé de taxes durant trois ans.

«Je connais la famille Lygitsakos depuis toujours, rappelle Yvon Deshaies. Ce sont des gens qui aiment Louiseville. C'est une famille qui s'est intégrée, qui s'implique. Ils sont toujours là quand on leur demande. Ils offrent des dons, ils ont aidé pour le hockey local, ils fournissent des pizzas gratuitement à certaines occasions.»

L'appui à la famille Lygitsakos ne se limite pas uniquement à une éventuelle participation financière de la Ville. Les messages de sympathie s'accumulent dans le compte Facebook des membres de la famille. Ceux-ci se font aborder sur le bord de la rue par une connaissance et par la factrice qui offre des sympathies sincères. Souvent sur la pointe des pieds, les gens leur demandent comment ils se portent.

«Le soutien de la population nous fait chaud au coeur», raconte Michael Lygitsakos, un des sept petits-enfants de la famille.

D'autre part, le conseil de Louiseville se réunit mercredi à 13 h afin de discuter entre autres de la possibilité d'intenter un recours contre le propriétaire de l'ancien Gelato.

«C'est quasiment criminel ce qui est arrivé. En plus, le propriétaire était au courant (du danger de sa bâtisse) et il n'a pas bougé», mentionne M. Deshaies.

Cette rencontre des membres du conseil sera la première depuis le dépôt d'une plainte pour menace par le conseiller André Lamy contre sa collègue Françoise Hogue Plante. Les deux personnes ont été avisées de la tenue de cette réunion. Reste à voir si elles seront présentes.

L'enquête se poursuit

La Sûreté du Québec poursuit son enquête afin de trouver la cause de cet incendie considéré comme suspect. Les enquêteurs prévoyaient rencontrer des témoins au cours des dernières heures.

Les fouilles dans les décombres ont été conclues lundi après-midi, ce qui a permis au service de sécurité incendie de la Ville de Louiseville de faire démolir la bâtisse de l'ancien Gelato.

La Ville a aussi pris la décision de raser la bâtisse du El Greco. Les pompiers ne parvenaient pas éteindre le feu dans le plancher en raison de sa structure.

Une pelle mécanique a été demandée pour briser cette structure. Toutefois, le mur de la bâtisse donnant sur la rue Saint-Thomas s'est mis à vasciller et a fini par tomber. Toute la bâtisse a ensuite été démolie.

Le duplex de la rue Saint-Thomas qui donne sur l'arrière du El Greco n'a pas été incendié. Il a été endommagé par la fumée.

La Ville de Louiseville posera une clôture de sécurité faisant l'angle de l'avenue Saint-Laurent et de la rue Saint-Thomas afin de protéger les lieux. Le nettoyage des deux terrains devrait se faire dans quelques jours.

Pour sa part, la Croix-Rouge est venue en aide à trois personnes sinistrées. En plus de recevoir des vêtements, celles-ci sont nourries et hébergées durant 72 heures. La division locale s'attend à venir en aide à deux autres personnes sinistrées, soit celles qui ont subi des blessures à la suite de l'incendie.

«C'est quasiment criminel ce qui est arrivé. En plus, le propriétaire était au courant (du danger de sa bâtisse) et il n'a pas bougé», mentionne M. Deshaies.

Vibrant message de la famille Lygitsakos

La famille Lygitsakos a publié mardi matin un message sur le réseau social Facebook afin de remercier les nombreux clients du restaurant El Greco qui se sont montrés fidèles durant près de 45 ans. Ce message reste toutefois flou quant à l'avenir du commerce.

«La famille Lygitsakos ainsi que tout le personnel du restaurant El Greco vous remercient pour la confiance que vous nous avez accordée pendant 45 ans. Vous savez ce matin, je n'ai pas de mots pour m'exprimer, mis à part merci.

Et un merci particulier aux pompiers qui ont travaillé pendant des heures et des heures pour éteindre le brasier. Nous allons vraiment nous ennuyer de vous tous qui étiez notre quotidien. Au revoir!», peut-on lire sur la page Facebook du commerce victime d'un incendie dans la nuit de dimanche à lundi.

Cette publication est accompagnée de la photo d'un oeil qui pleure où il est écrit: «les larmes envoient toujours les messages que le coeur ne peut transmettre en paroles».

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer