Keven Gauthier devra rester en prison

Keven Gauthier est cet individu qui aurait foncé... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Keven Gauthier est cet individu qui aurait foncé sans aucune raison sur une voiture de la Sûreté du Québec à Louiseville.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Keven Gauthier, cet individu qui aurait foncé sans aucune raison sur une voiture de la Sûreté du Québec à Louiseville, devra finalement demeurer en prison pour le reste des procédures judiciaires intentées contre lui pour ce délit.

Le juge Jacques Trudel a en effet conclu que les garanties offertes par le prévenu n'étaient pas suffisantes pour garantir la protection du public. Il a donc refusé de le libérer.

Gauthier voulait faire un séjour à L'Accalmie, qui offre un service d'hébergement et de support aux personnes suicidaires. Or, cette dernière n'est pas en mesure d'offrir des mesures très contraignantes aux individus judiciarisés soumis à des conditions dans le cadre d'une remise en liberté. Tout au plus, elle peut aviser les autorités si ceux-ci devaient ne pas respecter leur couvre-feu. Comme l'a précisé le juge, il n'y a pas d'encadrement, hormis celui que le client veut bien suivre.

Qui plus est, cette ressource ne dispense pas une thérapie spécifique aux gens qui ont des problèmes de consommation de stupéfiants et d'alcool. Et dans l'esprit du tribunal, Keven Gauthier a une problématique aigüe à ce niveau. Il consomme de la cocaïne, des méthamphétamines et de l'alcool depuis plusieurs années ce qui, combiné à des troubles de santé mentale, vient accroître son tempérament violent. Sur ce point, la procureure de la Couronne Me Marie-Ève Paquet avait d'ailleurs fortement insisté sur sa dangerosité, rappelant ses antécédents judiciaires en matière de violence. À cela, il faut ajouter des idées suicidaires.

Lorsqu'il avait été remis en liberté une première fois le 11 mai avec la condition de suivre une thérapie pour sa dépendance, il avait tenté de mettre fin à ses jours le lendemain, ce qui avait automatiquement entraîné son expulsion du centre et une nouvelle accusation de bris de condition.

En se basant également sur le rapport d'évaluation psychiatrique, il est clair dans l'esprit du juge que l'encadrement proposé par l'Accalmie est non seulement insuffisant, mais que la thérapie qui y est proposée n'est pas adaptée à son problème. Il a donc ordonné sa détention jusqu'à la fin des procédures. Il a cependant recommandé qu'il bénéficie en prison de tous les soins adaptés à son état et de la médication par injection proposée par le psychiatre.

Puisqu'il doit demeurer détenu, Keven Gauthier en a donc profité pour plaider coupable sur le chef de bris de condition, soit ne pas avoir suivi la thérapie et respecté les règles du centre. Ce plaidoyer lui valu 30 jours de prison. Quant au dossier initial pour les incidents de Louiseville, la cause a été reportée au 15 juin pour la forme. Me Louis R. Lupien a annoncé qu'il allait demander une enquête préliminaire pour son client.

Rappelons que le prévenu doit répondre à neuf chefs d'accusation pour conduite dangereuse d'un véhicule, voie de fait armée contre deux policiers en utilisant un véhicule, voie de fait contre chacun des policiers, menace de mort, entrave, méfait contre le véhicule patrouille, conduite avec les facultés affaiblies et refus de se soumettre à l'ivressomètre.

Le 1er avril, il était fortement intoxiqué. Sans aucune raison, il aurait volontairement embouti un véhicule de la Sûreté du Québec qui circulait sur le boulevard Saint-Laurent. Il aurait non seulement percuté le véhicule à quelques reprises mais l'aurait même poussé sur une courte distance pour ensuite le percuter de nouveau sur le côté.

Selon les policiers, il était alors enragé. Il avait plus tard déclaré s'être payé une petite vengeance.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer