Attaque avec une masse: la cause de Marc Perron est reportée

Marc Perron... (François Gervais)

Agrandir

Marc Perron

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une fois de plus, la cause de Marc Perron, cet homme qui aurait agressé une adolescente avec une masse sur la rue Laviolette à Trois-Rivières, a été reportée.

Tout semble indiquer que le prévenu s'apprête à disposer de ses dossiers en plaidant coupable mais la défense a besoin de rapports médicaux plus complets.

À la suite de discussions qui ont été effectuées, mardi, entre la procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet et l'avocat de la défense, Me Yvan Braun, les parties ont en effet convenu qu'il serait préférable d'avoir des rapports plus précis et détaillés sur les réelles conséquences du traumatisme crânien sévère qu'a subi la victime, Natasha Raymond.

Tel que l'a expliqué Me Paquet au juge Jacques Trudel, certaines informations sont manquantes dans le dossier médical de l'adolescente, et ce, pour valider tous les éléments essentiels à l'accusation de voies de fait graves.

La cause a donc été reportée au 23 juin, au grand dam de la victime et de sa famille qui étaient encore une fois présentes au palais de justice avec l'espoir que le dossier se règle. Les avocats ont cependant pris soin de mentionner au juge qu'ils étaient sur le point de régler et que leurs discussions avançaient bel et bien.

Marc Perron, 56 ans, est accusé d'avoir agressé avec une masse cette adolescente de 14 ans à Trois-Rivières le 13 octobre dernier. Le délit était survenu vers 19 h 50 sur la rue Laviolette.

La plaignante marchait sur le trottoir pour aller rejoindre une amie. Voyant qu'un inconnu la suivait, elle avait fait un pas de côté pour le laisser passer, mais il l'avait plutôt agrippée et lui avait asséné une dizaine de coups de masse sans aucune raison.

La jeune fille avait fait semblant d'être morte afin qu'il cesse de la frapper mais voyant qu'il n'arrêtait pas, elle avait crié. C'est finalement des voisins qui étaient intervenus pour stopper l'agresseur et porter secours à la victime.

Notons aussi que Marc Perron fera éventuellement l'objet d'une requête du ministère public en vue de le faire déclarer délinquant à contrôler ou délinquant dangereux une fois que sa culpabilité aura été prononcée.

L'individu compte plusieurs antécédents judiciaires en matière de crimes sexuels et de violence contre des mineurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer