Keven Gauthier veut aller à L'Accalmie

Keven Gauthier, cet individu arrêté pour avoir foncé à quelques reprises sur... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Keven Gauthier, cet individu arrêté pour avoir foncé à quelques reprises sur une voiture de la Sûreté du Québec à Louiseville, souhaiterait être libéré de prison afin de pouvoir faire un séjour à L'Accalmie, une ressource spécialisée pour les personnes suicidaires.

C'est du moins ce que son avocat Me Louis R. Lupien a proposé mercredi, au juge Jacques Trudel, dans le cadre de l'enquête sur caution. Si sa demande devait être acceptée, ça serait d'ailleurs l'une des premières fois, selon lui, que L'Accalmie accueillerait un individu envoyé par le tribunal et soumis à des conditions dans le cadre d'une remise en liberté.

Dans le cas présent, Keven Gauthier est un individu qui souffre d'une problématique de dépendance qui exacerbe sa violence et ses idées suicidaires. Il est également suivi par un psychiatre depuis plusieurs années et doit prendre une médication.

Lors des événements de Louiseville le 1er avril dernier, il était alors fortement intoxiqué. Sans aucune raison apparente, il aurait volontairement embouti un véhicule de la Sûreté du Québec qui circulait sur le boulevard Saint-Laurent.

Aux dires des policiers, il semblait alors enragé et parlait tout seul. Il aurait non seulement percuté le véhicule à quelques reprises mais l'aurait même poussé sur une courte distance.

Il doit donc répondre à neuf chefs d'accusation, soit conduite dangereuse d'un véhicule, voie de fait armée contre deux policiers en utilisant un véhicule, voie de fait contre chacun des policiers, menace de mort, entrave, méfait contre le véhicule patrouille, conduite avec les facultés affaiblies et refus de se soumettre à l'ivressomètre.

Il avait plus tard comparu et subi une évaluation psychiatrique sur sa responsabilité criminelle. Or, les résultats avaient démontré qu'il était malgré tout responsable de ses actes. Il avait ensuite pu reprendre sa liberté mais avec la condition de compléter une thérapie dans une ressource pour personnes aux prises avec des problèmes de dépendances.

Le lendemain de son admission, il avait tenté de mettre fin à ses jours, ce qui avait conduit à son expulsion et au dépôt d'une nouvelle accusation pour bris de conditions.

Mercredi, il était donc de retour devant le tribunal pour son enquête sur caution. Non sans difficultés compte tenu du peu de ressources existantes dans la région et de leurs disponibilités, Me Lupien a trouvé L'Accalmie. Les représentants de la ressource se sont dit prêts à accueillir le prévenu mais pour une période 21 jours.

La Couronne estime pour sa part que les garanties offertes ne sont pas suffisantes. Me Marie-Ève Paquet a indiqué que cet individu a surtout un problème de consommation et que c'est sur cet aspect qu'il faut intervenir avant tout.

Selon elle, Gauthier est très dangereux quand il consomme; il est donc essentiel de protéger le public. Elle ne croit pas que L'Accalmie puisse lui offrir un encadrement approprié dans les circonstances.

Le juge a pris la cause en délibéré. Il rendra sa décision ce jeudi à savoir s'il l'autorise à reprendre sa liberté et l'envoie dans cette ressource ou encore s'il le garde incarcéré durant les procédures judiciaires.

À 28 ans, Gauthier compte de nombreux antécédents judiciaires qui datent de 2011, 2008 et 2006 en matière de crimes contre la personne (menaces et voies de fait), de crimes contre la propriété (vol, introduction par effraction et méfait), de bris de probation et d'engagements.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer