Complot pour meurtres: Guillaume Picotte de retour en cour le 13 juin

Guillaume Picotte et un autre jeune font face... (Courtoisie)

Agrandir

Guillaume Picotte et un autre jeune font face à neuf chefs d'accusation, dont ceux de complot pour assassiner quatre personnes.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La cause de Guillaume Picotte, l'un des deux jeunes arrêtés pour un complot visant à assassiner quatre personnes à Trois-Rivières, a de nouveau été reportée.

Le jeune homme était de retour devant le tribunal mercredi matin mais son avocat Me Guy Quirion a demandé à ce que le dossier soit reporté pour la forme au 13 juin pour étudier les nouveaux éléments de preuve qui viennent de lui être communiqués.

D'ici là, il a précisé au juge Jacques Trudel qu'il allait devoir se positionner non seulement sur une possible enquête sur caution mais également sur l'enquête préliminaire à venir.

En ce qui concerne l'enquête sur caution plus précisément, il ignore encore s'il fera une demande devant la Cour supérieure pour tenter d'obtenir la libération de son client durant les procédures judiciaires.

La loi prévoit en effet que dans des dossiers de cette nature (comme meurtre ou complot pour meurtre), l'enquête sur caution se tient non pas devant un juge de la Cour du Québec mais bien de la Cour supérieure.

Pour l'enquête préliminaire, il veut étudier la preuve pour déterminer quels sont les témoins qu'il souhaite éventuellement faire entendre.

Le 13 juin, il pourrait alors annoncer ses couleurs sur les procédures à venir. Pour l'instant le dossier demeure au stade de l'enquête sur caution.

Rappelons que Guillaume Picotte, 18 ans, de Saint-Paulin, et un mineur âgé de 17 ans font face à neuf chefs d'accusation dont ceux de complot pour assassiner quatre personnes, soit l'ex-petite copine de l'un des suspects, ses parents et son jeune frère.

Ils sont également accusés d'avoir comploté afin d'enlever l'adolescente, d'avoir comploté pour s'introduire par effraction dans sa résidence, d'avoir tenté de s'introduire par effraction dans ladite maison, d'avoir comploté pour commettre des vols qualifiés et d'avoir eu en leur possession des armes blanches dans un dessein dangereux.

En ce qui concerne le mineur, il a été envoyé à l'Institut Philippe-Pinel pour y subir une évaluation psychiatrique visant à déterminer sa responsabilité criminelle. Il souffrirait en effet d'une problématique de santé mentale. Il va y demeurer sous garde durant la période d'évaluation. Il sera ramené en cour le 14 juin.

Les 17 et 18 mars, les deux suspects auraient élaboré un scénario visant à tuer l'ancienne amie de coeur de l'un d'eux et des membres de sa famille. Ils auraient même tenté de s'introduire dans leur résidence du secteur Trois-Rivières-Ouest. Ils avaient été interceptés par les policiers avant de passer à l'action.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer