Des citoyens honorés pour avoir sauvé Natasha

Natasha Raymond a été victime d'une agression gratuite... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Natasha Raymond a été victime d'une agression gratuite en octobre dernier à Trois-Rivières. Sans l'intervention de deux citoyens, elle serait morte, selon les policiers.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nicolet) L'agression gratuite subie par la jeune Natasha Raymond en octobre dernier alors qu'elle marchait sur la rue Laviolette à Trois-Rivières a choqué tout le monde. Son agresseur avait alors roué d'une dizaine de coups l'adolescente avec une petite masse. L'intervention de deux citoyens, Martin Lessard et Claude Lamy, a permis de sauver la vie de l'adolescente et d'arrêter rapidement un suspect.

L'agent Daniel Anctil, le citoyen Claude Lamy, l'agent... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

L'agent Daniel Anctil, le citoyen Claude Lamy, l'agent Benoit St-Pierre et l'agent François Boudreau ont reçu les distinctions des mains du ministre Martin Coiteux.

François Gervais, Le Nouvelliste

Ces deux Trifluviens ont reçu des citations d'honneur lundi à l'occasion de la 10e Journée de reconnaissance policière tenue à l'École nationale de police de Nicolet.

Alerté par les cris de Natasha Raymond le soir de l'agression, Martin Lessard est sorti de son appartement pour faire fuir l'assaillant. Il a ensuite aidé l'adolescente alors qu'elle avait la tête et le visage ensanglantés, le temps que les secours arrivent sur place.

Pour les policiers, il n'y a aucun doute. Natasha Raymond serait morte sans l'intervention de Martin Lessard. Celui-ci était toutefois absent lors de la cérémonie de lundi et il a plus tard en après-midi décliné la demande d'entrevue du Nouvelliste.

Natasha Raymond continue de vivre avec les conséquences de son agression. L'adolescente qui menait une carrière d'actrice depuis qu'elle est toute jeune avoue ne plus avoir le goût de poursuivre ses projets. Elle indique que sa concentration et sa motivation ne sont plus ce qu'elles étaient avant l'agression.

L'adolescente se réjouit toutefois de l'honneur rendu à Martin Lessard. «Il le mérite. Il a quand même sauté sur le gars», souligne-t-elle en précisant qu'elle souhaite le rencontrer.

«J'aimerais ça parler avec lui, parce que je ne me souviens pas de ce qui s'est passé. Je veux le remercier. C'est à cause de lui que je suis encore vivante», ajoute l'adolescente très reconnaissante.

Le soir de l'agression, Claude Lamy a également été alerté par les cris de l'adolescente. Lorsqu'il est sorti de chez lui, il a vu l'assaillant fuir l'endroit. Sans hésiter, M. Lamy a sauté sur l'agresseur et l'a projeté au sol. Ce dernier perd ainsi son arme, mais arrive à se relever pour reprendre la fuite.

Les policiers ont ensuite arrêté Marc Perron, un homme avec un lourd passé criminel. Rappelons que Perron a depuis été accusé d'agression armée à l'endroit de Natasha Raymond et il est gardé derrière les barreaux.

Quelques instants après avoir reçu une citation d'honneur, Claude Lamy se disait très touché par cette reconnaissance. «On a fait de quoi de méritoire, mais au bout de la ligne, il y a une victime», souligne-t-il avec sincérité.

«Je souhaite juste que Natasha aille mieux, qu'elle soit entourée de gens compétents. Elle a besoin d'aide la petite. Dès que quelqu'un m'en parle, je revois son visage et les dix coups de masse de trop.»

Trois policiers décorés

Les agents Daniel Anctil et François Boudreau de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont reçu respectivement la croix de bravoure et la médaille pour action méritoire. Les deux hommes ont secouru le 24 novembre 2015 un citoyen désespéré qui s'était jeté dans les eaux glaciales du fleuve Saint-Laurent. 

Ne souhaitant que sauver la vie de l'homme, l'agent Daniel Anctil a retiré son équipement avant d'enfiler une veste de flottaison pour plonger dans le fleuve.

L'agent François Boudreau a alors saisi la corde d'une bouée et a tenté de ramener les deux hommes vers l'échelle la plus proche. Ceux-ci étaient toutefois à une centaine de mètres plus loin, à contre-courant. L'opération est longue et ardue. Une fois à l'échelle, l'agent Anctil est exténué et ne sent plus ses jambes en raison du froid.

C'est alors que l'agent Boudreau plonge à son tour dans le fleuve.

Deux autres agents venus leur prêter main-forte trouvent plus loin un bateau gonflable qu'ils réquisitionnent pour secourir les trois hommes. Ceux-ci ont bien sûr dû être traités pour hypothermie.

L'agent Daniel Anctil affirme que lorsqu'un tel événement se produit, les policiers n'ont pas le temps de penser aux conséquences. «Je disais dans l'auto en se rendant sur place qu'on ne sauterait pas, l'eau était trop froide. Quand on est devant la personne en détresse et qu'elle a besoin d'aide, on fait ce qu'il faut», confie l'agent Anctil. 

Le troisième policier de la région honoré est l'agent Benoit St-Pierre du poste de la Sûreté du Québec de Nicolet. Celui qui a reçu la médaille pour action méritoire a sorti une femme inconsciente de sa voiture qui venait de plonger dans le fleuve Saint-Laurent. À la suite de manoeuvres de réanimation, la dame s'est remise à respirer.

Thierry Leroux honoré à titre posthume

Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire et ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, était sur place pour remettre les distinctions aux treize policiers et onze citoyens honorés à l'occasion de la cérémonie qui s'est tenue à l'École nationale de police.

Décédé en février dernier lors d'une intervention policière à Lac-Simon, le jeune policier Thierry Leroux s'est vu remettre à titre posthume la médaille du dévouement. Les proches du jeune homme ont accueilli avec émotions cette distinction.

Le père de Thierry Leroux avoue que la cérémonie n'était pas évidente à vivre pour lui et ses proches. «Ça coupe le mal en deux. La détresse va toujours rester là, mais ça fait un peu d'espace pour la fierté de ce que Thierry a été et ce qu'il a accompli», souligne Michel Leroux. «Ça réchauffe notre coeur et met un baume sur la plaie qui ne guérira jamais.»

Martin Coiteux a déclaré lors de la cérémonie que lorsqu'un policier décède en service, c'est toute la communauté policière et tous les Québécois qui vivent un deuil.

Par ailleurs, six policiers du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu ont été décorés pour le travail qu'ils ont accompli lors de l'attentat qui a coûté la vie au militaire Patrice Vincent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer