Procès de Marc Isabelle: un emploi du temps très chargé

Marc Isabelle... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc Isabelle

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Compte tenu de son emploi du temps très chargé, Marc Isabelle n'aurait pas eu l'opportunité d'abuser sexuellement de deux fillettes dans la période visée par les accusations déposées contre lui.

C'est en effet la thèse que la défense tente de mettre en preuve dans ce procès qui a commencé lundi dernier, au palais de justice de Shawinigan. Le musicien de 54 ans a en effet commencé à témoigner vendredi, et ce, avec beaucoup de détails et d'emphase. Pendant la majeure partie de la journée, il a relevé tous les emplois et activités qu'il a eus entre septembre 1990 et janvier 2011, soit la période au cours de laquelle il se serait livré à des agressions sexuelles, des attouchements sexuels, des incitations à des contacts sexuels, des voies de fait et des menaces.

Il a notamment parlé de sa carrière de musicien qui l'a mené aux quatre coins du Québec pour des spectacles qui occupaient presque tous ses week-ends et même certains soirs de semaine. Il a également fait mention de ses activités professionnelles à titre de concepteur, gérant d'artistes, producteur, directeur technique au Centre des arts de Shawinigan et responsable de la logistique au Festival des nations.

Il s'est aussi impliqué longuement dans des festivals dont celui de Shawinigan-Sud, dans le téléthon de l'Arbre des oubliés et dans le spectacle Les étoiles du Capitole à Québec dans lequel, pour reprendre son expression, il était en quelque sorte le Stéphane Laporte de la région puisque c'est lui qui devait recruter les talents de la Mauricie.

Il a également mis en place un système de distribution d'albums, s'est lancé dans la programmation musicale, a opéré un club vidéo sans compter une école de chant et d'arts qu'il dirige avec sa conjointe, Anik Saint-Pierre.

Se décrivant comme un passionné, il dira que ce n'est pas une vie pour des gens normaux mais que dans son cas, il est un obsédé.

Marc Isabelle a également été pendant plusieurs années conseiller en sécurité financière, en plus d'opérer un studio d'enregistrement dans sa résidence. C'est ainsi qu'il a notamment hébergé sous son toit le chanteur Marc Gabriel pendant un mois. Son frère, une étudiante et un machiniste ont également logé chez lui pendant un certain temps.

À cela, il faut ajouter la construction d'une maison et des problèmes de santé qui l'ont cloué au lit pendant quelques semaines. Enfin, il n'a pas hésité à parler de certains aspects de sa vie personnelle marquée par des épisodes d'infidélité et de trahison envers une ex-conjointe.

Par la suite, son avocat Me Yvan Braun l'a invité à parler de ses relations avec les deux plaignantes en commençant par celle qui aurait été abusée dès l'âge de 3 ans. Il dira alors qu'il n'y a pas vraiment eu de période où il a pu se trouver seul avec elle. Il n'aurait pas eu non plus l'occasion de faire des activités avec elle compte tenu de son emploi du temps.

En toute fin de journée, il a aussi donné certains détails du conflit professionnel qu'il a eu avec elle en 2011. Il avouera qu'il n'aurait peut-être pas dû prononcer certaines paroles avec elle lors de cette dispute. Il aurait ensuite tenté de régler le litige en lui envoyant un message mais en vain.

Rappelons que selon la plaignante, c'est à partir ce moment qu'elle a commencé à se remémorer des abus qu'il lui aurait infligés plus jeune. Une plainte avait ensuite été portée à la police.

Le témoignage de Marc Isabelle devrait se poursuivre mercredi le 11 mai.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer