La requête en appel de Kaven Sirois entendue le 28 octobre

Kaven Sirois... (François Gervais)

Agrandir

Kaven Sirois

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La requête en appel de Kaven Sirois, l'un des deux accusés dans l'histoire du triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières, sera entendue par la Cour d'appel du Québec le 28 octobre prochain.

Vendredi, le juge Étienne Parent de la Cour d'appel a reconnu que l'avocat de Kaven Sirois avait des motifs suffisamment sérieux pour que la requête soit entendue. Il a déféré la cause à trois juges de la Cour d'appel qui, le 28 octobre prochain, auront à débattre sur la requête pour permission d'en appeler, mais également sur le fond de la cause.

Rappelons que Kaven Sirois veut en appeler de la peine pour adulte qui lui a été imposée dans le dossier du triple meurtre, lui qui était âgé de 16 ans au moment des faits. Il avait plaidé coupable aux six accusations portées contre lui pour meurtres prémédités et complots pour meurtres. Le 30 octobre dernier, il avait été assujetti à une peine pour adultes et condamné à la prison à vie sans possibilité de demander une libération conditionnelle avant 10 ans.

S'il avait eu une peine pour adolescents, il aurait dû faire six ans de garde fermée et quatre ans de suivi externe.

En février dernier, le juge lui avait imposé les conditions de sa peine, voulant qu'il demeure à l'Institut Philippe-Pinel jusqu'en 2020, et qu'il soit ensuite transféré dans un pénitencier pour purger le reste de sa peine.

Le complice de Kaven Sirois dans cette affaire, âgé de 17 ans au moment des faits, a lui aussi plaidé coupable aux six chefs d'accusation. En mars dernier, les plaidoiries sur sentence ont commencé dans son dossier, et la Couronne a également présenté pour lui une requête en assujettissement visant à lui faire purger une peine pour adulte. Comme il était mineur au moment des faits, il ne peut être identifié. Toutefois, s'il devait être assujetti à une peine pour adulte, son identité pourrait alors être rendue publique.

On se souviendra que le 11 février 2014, les deux jeunes hommes ont froidement assassiné deux soeurs ainsi que l'ami de coeur de la plus jeune dans une résidence de la rue Sicard, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Les deux jeunes avaient également comploté pour s'en prendre à la mère des deux jeunes filles ainsi qu'aux policiers qui se présenteraient sur les lieux.

Avec la collaboration de Nancy Massicotte

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer