Happée par un meuble

Josée Beaudoin de Saint-Tite a été happée dimanche... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Josée Beaudoin de Saint-Tite a été happée dimanche dernier par un meuble mal fixé dans une remorque alors qu'elle prenait une marche. Elle souhaite maintenant sensibiliser les automobilistes quant à l'importance de bien attacher les chargements

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sainte-Thècle) Une simple promenade de santé lors de la magnifique journée de dimanche aurait pu avoir de très graves conséquences pour une dame de Saint-Tite.

Alors qu'elle marchait avec son conjoint le long de la route 153 à la sortie du village de Sainte-Thècle, Josée Beaudoin a été happée par un meuble qui a glissé d'une remorque tirée par une camionnette.

L'accident est survenu vers 14 h 30 dimanche. «Avec mon copain, on s'est lancé le défi de prendre une marche jusqu'à Sainte-Thècle. Au retour, on marchait sur l'accotement dans le sens de la circulation, du bon côté de la route. Je pense que la personne a fait une fausse manoeuvre et le chargement de sa remorque a basculé avant de tomber», explique Josée Beaudoin.

Un premier meuble est passé derrière le couple, mais celui-ci était suivi d'un autre beaucoup plus gros et plus lourd.

«Par la suite, une grosse armoire est arrivée sur moi directement et elle m'a soulevée comme une quille. Ma tête est allée frapper le sol», souligne la dame en avouant qu'elle ne se souvient plus du moment précis de l'accident.

«J'ai eu une perte de mémoire. Je ne me souviens plus de l'accident, mais mon conjoint a tout vu. Je me suis réveillée après l'accident, quand j'étais étendue sur le sol avec une serviette sur la tête parce que ça saignait.»

Heureusement, Josée Beaudoin s'en sort avec des blessures relativement mineures. En plus de sa commotion cérébrale, elle a été coupée à la tête et souffre de plusieurs contusions.

Elle a également des courbatures et des égratignures à plusieurs endroits de son corps. Josée Beaudoin sait qu'elle aurait pu avoir des blessures bien plus graves.

«C'est un petit miracle que je n'ai pas eu plus de blessures que ça. L'ambulancière me disait d'aller acheter un billet de 6/49, parce que je m'en suis sortie vraiment très bien», avoue-t-elle.

«J'ai quand même encore des maux de tête et des étourdissements, moins fréquents par contre. Je dois surveiller l'évolution.»

Très connue dans la MRC Mékinac, Josée Beaudoin est la coordonnatrice tourisme et culture au Centre local de développement (CLD) Mékinac et elle est impliquée dans plusieurs projets.

Elle a notamment collaboré ces dernières années à l'organisation du Relais pour la vie d'Hérouxville de la Société canadienne du cancer, le seul événement hivernal au pays.

De plus, elle a été membre du comité organisateur du Festival western de Saint-Tite. À la suite de son accident, Josée Beaudoin devra s'absenter du travail au moins pour la prochaine semaine.

Deux jours après l'accident, Josée Beaudoin accepte de raconter son histoire afin de sensibiliser les automobilistes à l'importance de bien fixer un chargement.

«C'est important d'être prudent. Des fois, on se dit qu'on ne va pas loin, mais tout peut arriver. On ne sait jamais. Il faut prendre le temps de bien le faire et de bien attacher ses choses.»

La Sûreté du Québec s'est rendue sur place dimanche, quelques instants après l'accident. La porte-parole du corps policier, la sergente Annie Thibodeau, indique que le conducteur de la camionnette pourrait recevoir une contravention pour avoir mal fixé son chargement.

Josée Beaudoin affirme toutefois que l'homme se sentait très mal à la suite de l'accident. «Il n'était pas de mauvaise foi, je pense. Je ne veux pas mettre en avant-plan son erreur, mais plutôt sensibiliser les gens», souligne la dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer