Vol de sirop d'érable: Yves Lapierre plaide coupable

Le vol de sirop d'érable a été commis... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Le vol de sirop d'érable a été commis dans cet entrepôt de Saint-Louis-de-Blandford.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un autre individu impliqué dans le spectaculaire vol de sirop d'érable a disposé de ses dossiers, vendredi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Il s'agit cette fois-ci d'Yves Lapierre de Kedgwick au Nouveau-Brunswick. Il a admis avoir eu en sa possession pour fins de trafic un bien obtenu criminellement, en l'occurrence du sirop d'érable. L'accusation de trafic qui avait également été portée contre lui a pour sa part fait l'objet d'un arrêt des procédures.

Après discussions entre le procureur de la Couronne en charge de cette affaire, Me Julien Beauchamp-Laliberté, et l'avocat du prévenu, une suggestion commune de sentence a été soumise au juge Raymond W. Pronovost. Celui-ci l'a d'ailleurs entérinée parce qu'il la considérait raisonnable dans les circonstances. Lapierre purgera donc 18 mois de prison dans la collectivité. Les neuf premiers mois, il sera assigné à domicile 24 heures sur 24 alors que les neuf autres mois, il devra respecter un couvre-feu entre 23 h et 6 h. Il devra ensuite se soumettre à une probation de deux ans.

Qui plus est, Lapierre aura 48 mois pour payer une amende de 17 000 $. Il s'agit là du montant qu'il a reçu pour les actes criminels commis entre août 2011 et juillet 2012. S'il ne paie pas cette amende, il devra purger six mois de prison.

La preuve policière a révélé que Lapierre a travaillé pour le compte de Richard Vallières, l'une des présumées têtes dirigeantes de ce vol. Dans un premier temps à l'automne 2011, son rôle a consisté à vider les barils de sirop d'érable qui avaient été volés à l'entrepôt de la Fédération des producteurs acéricoles à Saint-Louis-de-Blandford pour ensuite les remplir d'eau. On sait que les barils de 45 gallons, une fois que le contenu avait été remplacé par de l'eau, étaient ensuite ramenés à l'entrepôt afin de ne pas éveiller les soupçons.

Puis, au printemps 2012, Lapierre a non seulement pompé le sirop contenu dans les barils mais il l'a également fait bouillir pour le pasteuriser une nouvelle fois puisque la qualité du précieux liquide commençait à s'altérer. Par ailleurs, les accusations portées contre Denis Quimper, un autre accusé dans cette affaire, ont été retirées par la Couronne.

Lundi, le 18 avril, un autre accusé devrait lui aussi disposer de ses dossiers, soit Martin Vallières. Quant aux procédures judiciaires entreprises contre son frère Stéphane, elles devraient être abandonnées. Les deux individus sont les cousins de Richard Vallières.

À ce jour, notons que plusieurs individus ont plaidé coupable. Outre Lapierre, et probablement Martin Vallières, on compte notamment Martin Proulx, Steve Picard, Gaétan Jutras, Sébastien Jutras, Benoît Morin, Richer Dinelle, Pascal Patry.

Quant aux autres, ils ont choisi de subir des procès devant jury dans la majorité des cas. Les prévenus sont Richard Vallières, Avick Caron, Robert McLean, Étienne Saint-Pierre, Johnny Hazen, Jean Lord, Raymond Vallières, Sylvain Bourassa et Stéphane Darveau. Leur dossier sera ramené devant la Cour supérieure le 16 septembre à l'ouverture du terme des assises. Ils sont accusés de vol, recel, complot pour vol et/ou trafic.

Rappelons que 9500 barils contenant six millions de livres de sirop d'érable d'une valeur totale de plus de 18 millions $ avaient été volés en l'espace d'un an et transportés par camion dans d'autres entrepôts un peu partout au Québec et même au Nouveau-Brunswick afin d'être écoulés sur le marché noir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer