Honoré pour avoir sauvé une vie

Le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon, et François... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon, et François Daigle.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le 18 mars 2015, François Daigle aidait ses enfants à distribuer des dépliants publicitaires dans le secteur Grand-Mère lorsqu'un violent incendie s'est déclaré dans une résidence. N'écoutant que son courage, il a porté secours à un homme inconscient permettant de lui sauver la vie.

François Daigle et le maire de Shawinigan Michel... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

François Daigle et le maire de Shawinigan Michel Angers sont devant les pompiers honorés jeudi lors de la sixième Cérémonie de reconnaissance. On retrouve dans l'ordre Serge Buisson, aide de camp du lieutenant-gouverneur, Carl Boulianne, François Deveault, Guy Arseneault, conseiller municipal, Denis Daneault, Pierre Hébert, Jean-Claude Turcotte, Michel Doyon, lieutenant-gouverneur du Québec, Luc Gélinas, Jocelyn Brouillette, Marc-Étienne Dupuis, Martin Gélinas ainsi que (derrière) François Lelièvre et Gaétan Béchard, directeur général de la Ville de Shawinigan. 

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Cet acte de bravoure a été souligné jeudi soir lors de la sixième Cérémonie de reconnaissance des pompiers de Shawinigan. François Daigle a reçu un certificat reconnaissant et honorant son geste lors de cette cérémonie présidée par le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon.

«J'ai d'abord aperçu de la fumée, avant que je réalise que c'était un incendie. Arrivé devant l'immeuble, j'ai vu un homme à l'étage s'effondrer. Il avait perdu conscience», se souvient le Shawiniganais. «Je lui criais de sortir, mais il n'était plus conscient.»

François Daigle a alors pris son téléphone pour appeler le 9-1-1. Le téléphone d'une main, il s'est propulsé dans les escaliers pour monter à l'étage où se trouvait l'homme. Il est entré malgré la fumée et l'a extirpé de son domicile en feu.

«Je n'arrivais pas à parler à cause de la fumée. J'ai donc raccroché et j'ai tiré l'homme jusqu'en bas de peine et de misère», précise M. Daigle. «Il est très mou, ce qui fait qu'il a perdu ses vêtements dans les escaliers. Arrivé en bas, une dame m'a aidé pour le couvrir avec une couverture et le réchauffer.»

L'homme, dont François Daigle ignore l'identité, a repris conscience par la suite avant son transport à l'hôpital par ambulance.

Le Shawiniganais était très fier de l'honneur que la Ville de Shawinigan lui a rendu. «C'est agréable», dit-il avec le sourire. «C'est un geste qui pour moi est banal. Tout le monde l'aurait fait. Je ne peux pas penser que quelqu'un sur la planète ne peut pas sauver une personne. Quand tu vois la personne tomber et que tu sais qu'elle est là, tu ne peux pas penser de ne pas y aller. Pour moi c'est rien. J'y suis allé, c'est tout.»

La Ville de Shawinigan souhaite recommander M. Daigle pour la médaille de bravoure, précise le directeur du Service de sécurité incendie de Shawinigan, François Lelièvre. Cette distinction est décernée à une personne qui sauve une vie dans des circonstances dangereuses.

François Lelièvre est catégorique. Sans l'intervention de François Daigle, l'homme serait certainement décédé. «C'est un geste très héroïque. C'est la première fois depuis la création du service en 2002 qu'un citoyen sauve une personne», précise M. Lelièvre. «Il l'a fait avec coeur.»

La mémoire de Maxime Fournier, ce pompier décédé en juin 2015 lors de la sixième édition du Demi-marathon des pompiers, était bien présente lors de la cérémonie de jeudi. Une minute de silence a d'ailleurs été tenue pour ne pas oublier ce jeune homme de 21 ans. «L'année 2015 a été chargée en émotions pour nos pompiers», a déclaré François Lelièvre à l'ouverture de la cérémonie.

«Nous tentons de soigner la blessure du décès de Maxime Fournier», ajoute le directeur du service en entrevue en avouant que ce décès a resserré les liens entre les pompiers.

Deux jeunes pompiers, Jonathan Duguay et Marc-Étienne Dupuis, ont aussi été honorés pour avoir procédé à l'évacuation d'un résident dont le bâtiment était la proie des flammes.

La Cérémonie de reconnaissance était également l'occasion de souligner les années de service de quelques pompiers. Ainsi, les pompiers François Deveault et Jean-Claude Turcotte ont reçu des mains du lieutenant-gouverneur une médaille soulignant 20 ans de service. De plus, les pompiers Jocelyn Brouillette, Denis Daneault, Luc Gélinas, Pierre Hébert ainsi que le directeur du Service de sécurité incendie, François Lelièvre, ont reçu une barrette de 30 ans de service. «Nous avons beaucoup d'expérience pour un petit service. C'est la passion qui les motive», estime le directeur du service, lui-même décoré jeudi soir de la barrette des 30 ans de service. «Il s'agit de la première fois que le service remet autant de médailles.»

Le trophée Napoléon-Longval a été remis au capitaine Pierre Hébert pour son projet Ram-dozer. Cet outil de travail permet aux pompiers d'effectuer le soulèvement du tableau de bord d'un véhicule plus efficacement qu'avec les outils conventionnels. Le Ram-dozer est utilisé lors de manoeuvres de désincarcération.

Le directeur-adjoint du Service de sécurité incendie, Carl Boulianne, a également reçu une reconnaissance. Le coureur est une source d'inspiration pour ses confrères et les citoyens de Shawinigan. Rappelons qu'en 2015, il a participé à la course Jungle marathon au Brésil, une des courses les plus difficiles au monde.

En terminant, le Service a souligné le départ de Martin Gélinas, pompier à temps partiel depuis 1991.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer