Fillette de 5 ans brûlée par une cigarette: la Couronne ne fera pas appel

Alain Bellemare... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Alain Bellemare

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La sentence de 15 mois infligée à Alain Bellemare pour avoir brûlé une fillette de 5 ans à 25 reprises avec une cigarette a beaucoup fait jaser dans les derniers jours.

Après l'analyse du long jugement, rendu par le juge Guy Lambert le 1er avril dernier, la Couronne a décidé de ne pas demander la permission d'en appeler de la peine infligée à l'accusé.

«Après l'étude du dossier par un comité, il a été décidé de ne pas aller en appel», a fait savoir Me Éric Thériault.

Ce dernier a souligné que le fait de ne pas être d'accord avec le nombre de mois de détention n'était pas un motif suffisant pour en appeler du dossier.

«On n'a pas de motif à évoquer en droit. [...] Le juge doit avoir fait des erreurs, ce qu'il n'a pas fait. Il a rendu un jugement bien étoffé. À la revue de la jurisprudence, le quantum qu'il a rendu n'est pas manifestement déraisonnable à un point tel que ça nous donnerait un critère pour aller en appel», a-t-il expliqué.

Rappelons que le 1er avril, Alain Bellemare a pris le chemin de la prison après que le juge Guy Lambert lui ait imposé une peine de 15 mois d'emprisonnement pour avoir brûlé une fillette de 5 ans à plusieurs reprises avec une cigarette. L'Atikamekw de 26 ans avait été reconnu coupable de voies de fait graves en juin dernier.

Le juge avait alors mentionné que la peine imposée était moins sévère «tenant compte des séquelles vécues par la communauté à cause des pensionnats ainsi que de la réalité autochtone».

La sentence a même été qualifiée de bonbon par la dame à qui s'est confiée la fillette de 5 ans.

Dans une entrevue exclusive, elle mentionnait au Nouvelliste que les confidences de la fillette étaient la chose la plus dégueulasse qu'elle ait entendue. La dame, qui a préféré garder l'anonymat, s'est même dite choquée par la sentence. «Je trouve que c'est épouvantable. Elle va souffrir probablement de ça toute sa vie», avait-elle lancé la gorge nouée par l'émotion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer