Pornographie juvénile: Richard Auger plaide coupable

Richard Auger, un récidiviste en matière de crimes sexuels, a plaidé coupable,... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Richard Auger, un récidiviste en matière de crimes sexuels, a plaidé coupable, jeudi, aux accusations portées contre lui en lien avec de la pornographie juvénile.

En présence de son avocate, Me Alex Lemay, l'homme de 55 ans a en effet admis avoir possédé et produit du matériel de pornographie juvénile en novembre 2015. Il avait été repéré quelques mois plus tôt par Google après qu'il ait mis en ligne un fichier illicite. Dès lors, un signalement avait été fait aux autorités policières, ce qui avait donné lieu à une perquisition à son domicile de Trois-Rivières le 18 novembre 2015 et à son arrestation.

Les policiers avaient alors saisi 288 fichiers, du moins ceux qui sont admis par Auger. Sur ce point, le procureur de la Couronne Me Jean-Marc Poirier a plutôt laissé entendre au tribunal que ce nombre serait plus élevé.

D'ailleurs, il a annoncé au juge Guy Lambert qu'il allait faire une demande pour qu'il soit déclaré délinquant à contrôler ou délinquant dangereux et ce, pour plusieurs raisons.

Richard Auger a déjà été condamné dans le passé à 10 mois de prison et à une probation de deux ans pour une agression sexuelle commise en 2010. Il avait d'ailleurs fait une thérapie pour sa délinquance sexuelle à la prison de Percé.

Il a aussi écopé d'une sentence suspendue pour le même type de crime perpétré en 2008. Il s'est également livré à des attouchements sexuels en 1989. Qui plus est, il compte à son actif des antécédents en matière de conduite avec les facultés affaiblies, conduite dangereuse, vol, fraude et bris de probation.

Les plaidoiries sur la requête visant à le faire déclarer délinquant devraient avoir lieu le 9 mai. Dans l'éventualité où il serait déclaré délinquant à contrôler, il sera soumis à une peine minimale de deux ans de prison suivie d'une période de surveillance maximale de dix ans. S'il est déclaré délinquant dangereux, il sera plutôt envoyé en prison pour une période indéterminée avec une évaluation aux sept ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer