Opération Nandou: 22 des 34 suspects arrêtés sont libérés

Près des deux tiers des suspects arrêtés le... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Près des deux tiers des suspects arrêtés le 31 mars dernier ont été remis en liberté mercredi, mais sous conditions.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Sur les 34 individus qui ont été arrêtés dans le cadre de l'opération Nandou visant à démanteler un réseau de trafic de cannabis en Mauricie, 22 pourront reprendre leur liberté durant les procédures judiciaires.

La majorité des suspects étaient en effet de retour devant le tribunal, mercredi, au stade de leur enquête sur caution. Après discussions avec les avocats de la défense, les procureurs de la Couronne, Me Nathalie Jomphe et Benoît Larouche, ont en effet consenti à remettre plusieurs d'entre eux en liberté mais sous conditions.

D'une part, ils ont dû verser de l'argent en garantie. Pour la majorité, il s'agissait de 2500 $ environ.

D'autre part, des proches (il s'agissait des parents des suspects dans la plupart des cas) ont également accepté de s'engager financièrement à titre de caution. Sur ce point, Me Jomphe a en effet précisé qu'il était important que les cautions puissent avoir une influence morale sur les suspects, d'autant plus que la majorité n'ont pas d'antécédent judiciaire.

Les individus devront également respecter un couvre-feu entre 22 h et 6 h, sauf pour urgences médicales et travail, ne pas se rendre dans les bars, ne pas avoir de drogue, ni d'arme en leur possession. Ils seront privés de passeport, ne pourront pas changer d'adresse et il leur sera interdit de communiquer avec leurs présumés complices.

Les suspects libérés sont Bruno Allard, Denis Bilodeau, Yves Fernand Buonora, Denise Gail Caron, Carl Chevarie, Siobol Chounlamountry, Keven Faucher, Guillaume Fleurant, Jérôme Fleury, Éric Guerrier, Danny Guilbeault, Tammy Lamontagne, Olivier Lamothe, André Lauzier, Bernard Mailhot, Yvon Marineau, Louis-Philippe Noël, Éric Normandin, Shanny Plante, Robin Roy, Frédéric Ellefeson Trembaly et Terence Willard.

Les autres individus devront pour leur part rester détenus. C'est le cas d'Alexandre Bouchard, Daniel Brunelle, Normand Denis, Simon Girard, Jérémie Laliberté-Béliveau, Alexandre Livernois-Grenier, Yannick Manseau-Dufresne, Laurent Michel, Frédéric Thompson, Jonathan Verret-Casaubon et Ambrose Mahoney contre qui justement de nouvelles accusations de même nature ont été portées pour des infractions dans un autre district. Dans tous les cas, les dossiers ont été reportés au 12 avril. Pour ceux qui ont pu reprendre leur liberté, leur présence ne sera pas requise en cour. Pour les autres, les parties tenteront alors de s'entendre avec le tribunal pour fixer les dates de leur enquête sur caution.

Par ailleurs, Maxime Ménard sera conduit au palais de justice de Trois-Rivières ce jeudi après-midi pour savoir s'il sera remis en liberté ou s'il subira une enquête sur caution lui aussi. Il n'a pu être emmené mercredi; il était toujours à la prison de Roberval en attente d'un transport vers la région.

Rappelons que la frappe menée le 31 mars par la Sûreté du Québec a assurément permis de porter un dur coup au trafic de cannabis en Mauricie. À ce jour, 34 personnes, qui demeurent pour la plupart dans la région, ont été arrêtées. Parmi celles-ci, on comptait selon les policiers les six têtes dirigeantes, soit Brunelle, Girard, Mailhot, Laliberté-Béliveau, Thompson et Verret-Casaubon. Tout dépendant de leur implication dans le réseau, les prévenus font face à des accusations de gangstérisme, production, complot, trafic de cannabis et/ou de cocaïne.

Dans le cadre des 37 perquisitions qui avaient été effectuées, des milliers de plants de cannabis et une importante somme d'argent avaient été saisis. Quinze lieux de production de cannabis avaient d'ailleurs été démantelés.

Selon la SQ, il s'agissait d'un réseau de producteurs et de vendeurs à grande échelle qui approvisionnait non seulement la région en cannabis mais qui fournissait aussi des clients à Montréal, Québec et au Saguenay, et ce, depuis mars 2015 selon le mandat d'arrestation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer