Agressions sexuelles sur des mineures: la prison pour René Garceau

René Garceau devra purger une peine de prison... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

René Garceau devra purger une peine de prison ferme de 15 mois.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le juge Guy Lambert condamne René Garceau à purger une peine de prison ferme de 15 mois pour des crimes sexuels commis contre des personnes d'âge mineur durant les années 1980 à Shawinigan.

Ce citoyen de Shawinigan, âgé de 73 ans, a reçu le verdict du juge jeudi au palais de justice de Shawinigan. En février 2015, il avait plaidé coupable à six des huit accusations qui avaient été portées contre lui en 2014. Il a admis s'être livré à des attentats à la pudeur et à des agressions sexuelles sur trois victimes.

Les premiers gestes criminels se sont déroulés à Shawinigan entre 1981 et 1984. La victime avait environ neuf ans au moment des faits. La deuxième victime avait le même âge lors d'agressions commises entre 1981 et 1987. Cette victime a de nouveau été agressée par Garceau entre 1994 et 1996, alors qu'elle était majeure. Dans le troisième dossier, les faits ont eu lieu entre 1982 et 1987. L'enfant avait huit ans au début des agressions.

L'avocate de la Couronne, Me Annie Vanasse, et l'avocat de René Garceau, Me Alain Blanchard, sont revenus devant le tribunal en janvier pour l'amorce de la procédure des plaidoiries sur sentence. Ils étaient de nouveau au palais de justice pour cette cause, jeudi matin, afin de présenter au juge Lambert une suggestion commune de sentence.

Cette suggestion tient compte des rapports présentenciel et sexologique du septuagénaire. Son âge a été un facteur dans la suggestion de sentence, tout comme le fait qu'il n'avait aucun antécédent judiciaire avant cette cause.

Toutefois, René Garceau représentait une personne de confiance lorsqu'il a commis ses crimes. La fréquence des gestes et l'âge des victimes ont aussi été pris en considération. De plus, René Garceau ne réaliserait pas pleinement l'impact de ses gestes sur les victimes.

En plus de purger une peine de prison ferme, l'ex-brigadier scolaire sera soumis à une période de probation de trois ans et à suivi probatoire d'un an. Il sera inscrit au registre des délinquants sexuels à vie et devra fournir un échantillon d'ADN d'ici 60 jours. Le tribunal lui interdit de communiquer avec les victimes. Il devra aussi éviter les parcs, les piscines publiques et les cours d'école et ne pourra occuper un emploi ou faire du bénévolat le mettant en contact avec des enfants durant une période de cinq ans.

À noter que les gestes commis par René Garceau sont survenus avant son emploi à titre de brigadier scolaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer