Accusé d'homicide involontaire trois ans plus tard

L'accident du 7 août 2012 a coûté la... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

L'accident du 7 août 2012 a coûté la vie à deux motocyclistes.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Jean-Marie Desrosiers a comparu au palais de justice de La Tuque, mardi, pour répondre à de graves accusations en lien avec un accident de la route. Le drame était survenu à La Bostonnais le 7 août 2012 et avait coûté la vie à deux motocyclistes français.

Jean-Marie Desrosiers sera de retour devant le juge... - image 1.0

Agrandir

Jean-Marie Desrosiers sera de retour devant le juge en mai.

Le Latuquois de 23 ans a été accusé de deux chefs d'accusation d'homicide involontaire, un acte criminel passible de l'emprisonnement à perpétuité.

L'individu devra également répondre à des accusations de conduite dangereuse, de négligence criminelle ayant causé la mort et de négligence criminelle ayant causé des lésions.

Jean-Marie Desrosiers reviendra devant le juge au mois de mai pour la suite des procédures judiciaire.

Rappelons que le voyage de trois couples de touristes français avait tourné en véritable cauchemar, en 2012, sur la route 155 à La Bostonnais, en Haute-Mauricie. La voiture conduite par Jean-Marie Desrosiers, âgé de 20 ans au moment des faits, circulait en sens inverse et avait soudainement quitté sa trajectoire pour percuter quatre touristes qui prenaient place sur deux motocyclettes.

Un couple de touristes, Bertrand Lenair et Edith Viaron, a perdu la vie dans ce grave accident. La collision était survenue à environ 500 mètres de l'intersection de la rue de l'Église et de la route 155 à La Bostonnais. Deux autres personnes ont également été blessées.

D'autres amis français avaient pu éviter la collision. Ils avaient tout de même assisté impuissants au drame.

Un de ceux-ci avait affirmé, lors d'une entrevue accordée au Nouvelliste quelques jours après le drame, être profondément choqué par l'événement.

«Nous vivions un rêve à 6000 km de chez nous. Mais le rêve a tourné au cauchemar», avait mentionné, Éric Jemin, celui qui conduisait la troisième motocyclette du groupe.

«J'ai été spectateur. J'ai vu toute la scène [...] Nous ne savons pas pourquoi la voiture blanche a dévié. Il n'y a aucune raison. C'est peut-être la fatigue. C'est la seule chose que nous pouvons supposer», avait-il tenté d'expliquer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer