Pornographie juvénile: la cause de Jacques Plamondon reportée

Jacques Plamondon... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jacques Plamondon

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La cause de Jacques Plamondon, cet enseignant à la retraite qui a été arrêté le 1er décembre pour pornographie juvénile, a de nouveau été reportée.

Son avocat, Me Simon Ricard, a indiqué au juge Bruno Langelier mardi que la communication de la preuve se poursuivait toujours dans cette affaire. Il attend notamment l'analyse informatique de la Sûreté du Québec sur les éléments saisis chez son client. Il a donc demandé à ce que le dossier soit reporté pour la forme au 14 mars, toujours au stade de l'enquête sur remise en liberté.

Rappelons que Jacques Plamondon, âgé de 69 ans, fait face à plusieurs accusations. On lui reproche d'avoir possédé, accédé, produit et distribué de la pornographie juvénile entre le 28 juin 2006 et le 1er décembre 2015.

Plusieurs dizaines de milliers de fichiers de pornographie juvénile auraient été saisis chez lui. Qui plus est, on l'accuse de voyeurisme, soit d'avoir observé et produit un enregistrement visuel de mineurs. Les faits seraient survenus en juillet 2013 et juillet 2015.

Au terme d'une évaluation psychiatrique, il a été déclaré criminellement responsable de ses actes, de sorte qu'il ne peut invoquer une défense de non-responsabilité pour cause de troubles mentaux comme par exemple une dépression.

Le prévenu avait été repéré sur Internet après avoir mis en ligne un fichier de pornographie juvénile.

Une perquisition avait ensuite été réalisée à son domicile situé à Place du Havre à Trois-Rivières qui avait permis de mettre la main sur plusieurs fichiers.

Sa résidence a par la suite fait l'objet d'une ordonnance de blocage en lien avec les présumés crimes de pornographie juvénile, ce qui constituerait une première au Québec.

La police estime en effet que cette maison a servi à commettre des crimes.

Jacques Plamondon a oeuvré dans le domaine de l'enseignement à La Tuque pendant plusieurs années. Il s'impliquait aussi bénévolement auprès des enfants, notamment des scouts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer